aujols-Laffont

F comme ...Fumier

Descendante de paysans, je connais l'importance de cet engrais. Avant l'arrivée des engrais chimiques, chaque ferme vivait à l'ombre de son tas de fumier, et toute une génération se souvient du sketch de Fernand Reynaud "ça eût payé" dans lequel un paysan jeune marié donne à sa femme tout le fumier en cadeau de noces !

Mais de là à en faire mention dans les testaments dictés devant notaire, cela m'a étonnée. Et pourtant, le cas est fréquent dans la vallée de Massat ! Voici celui de Pey Jean Laffont del Cardaÿre en date du 8 Avril 1749 :

 

leg de fumier.PNG"[à] Françoise Piquemal [Barou] sa femme ledit testateur lègue et laisse l'habitation de la moytié de sa ditte union a prendre du cotté de la porte vers midy, l'usage d'un pot de feu, d'un chaudron, d'une chaise et d'une beche, la jouissance et usufruit d'un carrau ou  ? du jardin quy est devant ladite maison et celuy du cotté de midy, la pièce de terre del plaignol et celle du jardin de Lafont avec le fumier necessaire que ses héritiers bas nommés luy fourniront annuellement pour l'engraissement desdites terres, quittes de charges ... " (AD 09 M° Galin 5E7737 p.356)

C'est en relisant Dardenne que j'ai enfin compris toute l'importance de ce leg. Il commence par souligner que la jachère n'existe pas dans la moyenne montagne et "les propriétés y sont très divisées. Il y a peu de familles qui n'aient son petit champ, et l'on cherche à le faire valoir, autant qu'il est possible. Aussi les engrais sont-ils très recherchés et fort chers."  (L'Ariège au temps de Napoléon / Pierre Dardenne .- Ed du Boulbi p.275)

Cet engrais vaut, toujours selon Dardenne, 4 à 5 francs les 4 quintaux à Saint-Girons et plus dans les montagnes où les terres demandent plus d'amendement, alors il faut le surveiller et le placer près de la maison . Il est même si proche qu'il encombre et rend impraticable le chemin d'accès au Touroun de Bastouet, hameau de la commune de Massat.

Sur ces terres pentues et parfois difficilement accessibles, il faut le monter à dos d'hommes ou plutôt de femmes car ce dur labeur a lieu durant la morte saison et la plupart des hommes sont partis gagner quelques sous dans le bas pays ou en Espagne ( soins des vignes, eau de vie, colportage etc...)



06/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres