aujols-Laffont

Famille Auriac Coupet

Dans l'article Qui épouses-tu ? (challenge AZ), nous avons vu le mariage, pour le moins énigmatique, de Thomas Piquemal Eychène avec Magdeleine ?? ou plutôt Marie Auriac Coupet et je vous avez promis la suite après le challenge...

Arnaud a un frère, Simon et une soeur  Marie qui décède avant 1814. Simon est marié à Marie Pujol Bigata dont il est veuf lors de son décès en 1814. Il laisse 4 enfants Jean, Jean Pierre, Marie et Magdeleine dont son frère deviendra le tuteur.

C'est en 1824 que la vie d'Arnaud semble se compliquer.

Le 23 Février 1824, alors qu'il est âgé d'environ 70 ans, il se rend à l'étude du notaire pour y dicter son testament et lui apparait "bien portant et sain d'esprit, vue et entendement" [c'est important pour la suite]. Il doit encore être alerte pour se rendre du Foulgarol à Massat à pied ou sur un mulet en hiver. Un testament assez classique, dans lequel il réclame 10 messes hautes et 10 messes basses pour son âme mais n'indique pas, selon la formule consacrée, qu'il veut "être enterré près de ses ancêtres". En tout cas, demandant des messes, il ne fait pas partie des Petchets. Comme descendance, il ne cite que trois filles (Magdeleine étant décédée) : Marie (sans doute l'aïnada) mariée à Thomas Piquemal Eychène a reçu dans son contrat de mariage 1/4 des biens de son père (avant le Code civil, elle aurait bénéficier de la totalité moins les dots éventuelles de ses soeurs).... Arnaud laisse à Marie Galy Mourouet, son épouse, 1/4 de ses biens en usufruit dont la "maison vieille" [celle que je cherche à localiser] et définit minutieusement les ressources dont elle doit disposer annuellement : 2 hectolitres et demi ou 3 setiers (ancienne mesure) de seigle, 6 hectolitres et demi de pommes de terre (8 setiers)  et un 1/5 d'hectolitre ou un quartier de sel à fournir par ses héritiers le 1° Novembre de chaque année.

Le même jour, Arnaud se reconnait "débiteur de la somme de 700 fr en faveur de la dite Marie Galy Mourouet, son épouse" Ces biens lui venant de la succession de feu Raimond Galy Mourouet, son père, "demeurant quand vivait audit quartier du Rieuprégon" pour 250 fr et pour 450 fr d'une vente de terre réalisée par Marie et Catherine, sa soeur à Joseph Piquemal Lagoueillat. Vous êtes d'accord avec moi, l'homme ne semble pas "gaga", il prévoit tout.

Or, Jean a atteint sa majorité et demande son "compte de tutelle" et Arnaud s'avère être "reliquataire envers Jean Auriac Coupet de la somme de 48fr et 20 centimes" qu'il ne peut payer "de ses propres deniers" et c'est Thomas, son gendre, qui acquitte la dette.

L'année suivante, le 17 Avril 1825, les deux filles de Simon : Jeanne et Magedeleine, demandent aussi leur compte de tutelle et de nouveau Arnaud ne peut payer les 96fr 40 centimes "de ses deniers". Comme l'année passée, c'est Thomas qui acquitte la dette...et se rend lui-même chez le notaire "faisant tant pour lui que pour et au nom d'Arnaud Auriac Coupet"

Que se passe-t-il ?

Arnaud (71 ans) est-il diminué physiquement et mentalement ?

En tout cas, il semble que Thomas prenne la gestion de l'oustal bien avant la disparition de son beau-père !

Pour preuve, Arnaud dicte un  second testament, devant Maître Galy Gasparrou, le 10 Janvier 1828 à 8 heures du soir "dans sa maison d'habitation où nous avons été requis de nous transporter". Cette fois, Arnaud apparaît au notaire "malade mais sain d'esprit, vue et entendement". Il décédera le lendemain !

Cette fois il déclare avoir eu 4 filles dont 3 mariées et une encore célibataire, les deux premières sont décédées, l'une sans postérité (sans doute Magdeleine, mariée avec Jean-Baptiste Sutra Fourcade CM du 31/12/1813, omise dans le premier testament) et l'autre à la survivance de deux enfants [Marie épouse de Thomas , la troisième est Marianne mariée à Jean Laffont del Cardaÿre, mon AAAGM]. Par déduction, celle qui est encore célibataire est une Marie.

Pour Marie Galy Mourouet , rien ne change, elle ne décédera qu'en 1831.

Le reste du testament se transforme en réquisitoire envers le "gendre" :

auriac challenge.PNG

 

 " Je déclare encore que dès le jour de ce mariage le dit Piquemal Eychène vint cohabiter avec moi, dans ma maison ; qu'il s'empara de l'administration de mes biens, de mes cabaux et de mes affaires ; qu'il a tourné à son seul profit et contre ma volonté le produit de mes biens et de mes bestiaux à grosses cornes et à laine et que je n'ai jamais pu obtenir de lui le compte de cette gestion ..."

Plus loin Arnaud affirme encore :

auriac challenge 2.PNG

" En Décembre dernier encore il sortit de ma grange pendant que j'étais retenu dans mon lit, des vaches qu'il prétendait vouloir conduire à la foire à Massat, sans qu'elles y aient paru, et qu'il n'a pas reconduites à ma grange, désespérant d'obtenir ce compte de mon vivant, je charge mes héritiers de l'exiger..."

Non content de "gérer" les biens de son beau-père sans lui rendre compte et sans son accord, il semble bien que le même Thomas ne se soit pas acquitté des 500 fr restant dus sur "sa dot" se montant à 1000 fr dans son contrat de mariage.

Arnaud ajoute "je fais cette déclaration parce que ma conscience me reproche d'avoir fait du tort à mes filles. J'exige qu'elle soit consignée ici pour qu'elles voyent mon repentir et me pardonnent". Suit le décompte des bestiaux encore présents dans la grange, de peur, sans doute, qu'ils ne disparaissent comme les vaches du 31 Décembre ! "18 têtes de bétail à laine, trois têtes de bétail à grosses cornes et deux porcs que j'affirme m'appartenir en propre, ou au moins à moitié". Regardez bien les virgules me posent problème : la seconde plus affirmée me semble être un point transformé en virgule :

auriac coupet 3.PNG

Qu'en pensez-vous ?

Le gendre ne semble pas assister à la dictée du testament, il n'est pas cité dans les témoins qui sont : Jean Auriac (le neveu ?) Paul Sentenac, Jean Subra Callat, garde forestier, Joseph Subra Callat, garde champêtre et Jean-Pierre Piquemal Lagorre. Est-ce un hasard qu'il se trouve parmi eux deux gardes sans doute assermentés ?

Ce testament peu commun bat en brèche l'opinion générale de l'autorité du Cap d'oustal sur sa maisonnée ! Arnaud semble avoir été victime de son gendre ce qui expliquerait la gestion de tutelle déficitaire sur ses neveux et des "emprunts" sur l'héritage de son épouse qu'il cite dans ce même testament. A-t-il été "manipulé" comme on dirait aujourd'hui par un gendre peu scrupuleux ?



26/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 40 autres membres