aujols-Laffont

Q comme Qui épouses-tu ?

Dans cette vallée où les patronymes sont peu nombreux, les prénoms souvent communs à plusieurs enfants (vivants) d'une même fratrie et où les sobriquets changent, nous l'avons vu avec les Laffont Cardaÿre, Belet et Parrat, il n'est pas toujours facile de savoir qui épouse qui ! D'autant qu'il faut compter avec les erreurs de l'Officier d'Etat civil, pas si rares que cela et les inattentions ou bévues du Notaire aussi. Quand un couple cumule les deux, il est difficile de s'y retrouver...

Pour cet article, je vais commencer à vous dévoiler la saga des Auriac Coupet. Mon AAAGP Laffont del Cardayre épouse Marianne Auriac Coupet (ou Marie Anne) dont le père se prénomme Arnaud. Seulement voilà, son propre père est difficile à trouver, il se prénomme Raimond mais son patronyme complet est Auriac Barlique et le sobriquet "dit Coupet" n'est indiqué qu'une seule fois. Comme avec les Belet et les Parrat chez les Laffont, nous sommes en présence d'un changement de nom.

Bon, mais Arnaud n'a que des filles : Marie, Marie (autre), Marianne et Magdeleine. Une aïnada à marier pour conserver la "maison vieille" au hameau du Foulgarol à Boussenac. Le gendre se présente en la personne de Thomas Piquemal Eychène, du hameau d'Espies et qui est orphelin de père et de mère (Pierre et Claire Piquemal Lacassagne), il a 21 ans. Le contrat de mariage est établi par Maître Darnaud le 7 Avril 1808 (5E7755 AD 09) et là, on note d'emblée quelques bizarreries :

 

CM P Eychène Auriac Coupet 1808 1.PNG

 Pourquoi ce gros "pâté" sur le prénom Marie ? Tout simplement parce que dans le reste de l'acte, c'est le prénom de Magdeleine qui apparait à deux reprises :

 

CM P Eychène Auriac Coupet 1808 2.PNG

En fait, pour l'Etat civil, Thomas épouse Marie mais voulait-il épouser Magdeleine ? L'inimitié voire l'hostilité que les autre actes nous dévoileront entre le gendre et le beau-père vient-elle de ce "traquenard" ?

Magdeleine se mariera en 1814 avec Jean Baptiste Sutra Fourcade (CM du 31 Décembre 1813 chez M° Espaignac)

Mes cousins et moi avons loué en 2013 un gîte au Foulgarol, ce choix n'était pas innocent de ma part, je voulais retrouver "la maison vieille" qu'Arnaud cite dans son testament et qui est l'oustal de la famille. Il n'y a pas 10 maisons dans ce magnifique hameau et je suis presque sûre (après des recherches sur le cadastre) que nous avons dormi dans la maison des frères Auriac Coupet (Arnaud et Simon) maintenant réunies en un seul gîte.

 

 



19/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres