aujols-Laffont

R comme remariage hâtif !

Lorsque le délai de viduité n'était pas appliqué, on pouvait assister à des situations embarrassantes et qui font un peu "désordre"...

 

° Jeanne P Bel 24-3-1759 mère remariée étant enceinte Massat.PNG

"L'an mil sept cent cinquante neuf et le vingt et quatrième Mars a été baptisé par nous chanoine soussigné une fille à laquelle il a été donné le nom de Jeanne, et qui suivant l'assertion de Raymond Piquemal Bel dit le Péihou, de Jean Amiel Fourtas et de Raymond Massat Cagnouté, tous habitants de la présente paroisse était née le même jour de Jeanne Piquemal Bel fille du susdit Raymond Piquemal Bel, mariée en secondes noces au susdit Raymond Massat Cagnouté depuis le septième Novembre dernier, après l'avoir été en premières noces à Jean Galy Jau fils à feu Michel décédé le quatrième Août dernier..."

Si j'ai bien compris, Jeanne Piquemal Bel est veuve depuis le 4 Août, et se remarie enceinte, 4 mois après son veuvage. Jeanne est donc la fille posthume de Jean Galy Jau, conçue vers la fin Juin ou début Juillet. Lors de ses secondes noces, la mère est donc enceinte de 6 mois environ. Le bébé devrait donc porter le patronyme de feu son père biologique.

Le délai de viduité fixé à 300 jours ne fut imposé que par le Code Civil et il semble, sous l'Ancien Régime, ne pas avoir été prévu dans le Droit Canon (sauf pour grandes familles et surtout la famille royale).

Le deuil était, en général, respecté au moins durant un an mais on peut trouver ces situations somme toute assez rares.



20/06/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres