aujols-Laffont

U comme Union libre

 

 

Il manque beaucoup de naissances, décès et mariages dans les premiers registres d'Etat civil, par oubli, négligence ou sciemment. Mais, de facto, les couples qui ne sont pas inscrits dans les registres, vivent en union libre au regard de la loi et dans le cas du décès d'un des conjoints, il convient de « régulariser » la situation, voici la trace des deux unions non déclarées de feu Jean Pons Moureu.

 

Avec Magdeleine Loubet de l'an V à l'an IX (vue 285)

 

avec Magdeleine Loubet.PNG

 

« L'an IX de la République française et le premier Ventôse, le citoyen Gabriel Pons Moureu, habitant de la commune de Massat s'est présenté à la salle de la mairie, devant nous Jean-Pierre Marie Fenouilhet maire de laditte commune et nous a déclaré que feu Jean Pons Moureu, son frère, avait vécu en union de mariage avec Magdeleine Loubet, fille de Jean Loubet, habitant dudit Massat au quartier de Moureu depuis le 19 Pluviôse de l'an V, en présence des citoyens François Pons Moureu, Jeannet Pons Moureu, Jean Loubet Gesta la Chique et jean Sablé Teichené qui nous ont aussi certifié cette union... »

 

avec Marie Garrabé.PNG

  

Mais aussi de Jean Pons Moureu et de Marie Garrabé Camarade (vue 281)

 

« L'an IX de la République française et le premier Ventôse le citoyen Gabriel Pons Moureu habitant de la commune de Massat s'est présenté en la salle de la mairie devant nous Jean-Pierre Marie Fenouilhet maire de la ditte commune et nous a déclaré que feu Jean Pons Moureu, son frère, avait vécu en union de mariage et en secondes noces, avec Marie Garrabé Camarade habitante dudit Massat au quartier de [blanc] depuis le 3 Fructidor de l'an VIII, en présence de Gabriel Piquemal Coulia, Vincent Pons Moureu, Pierre Pons Moureu et jean Rivère Coupet qui nous ont aussi certifiés cette union... »

 

Et de deux mariages trouvés en l'an IX pour le généalogiste... mais ces deux couples ont-ils eu une descendance ? Il n'est pas sûr que la famille Pons Moureu ait cherché le Maire pour les naissances, il faudra espérer trouver des actes de notoriété lors des mariages des enfants (20 à 25 ans plus tard) et attendre que ceux qui seraient resté célibataires rédigent leur testament ; ce qui ne facilite pas la tâche. De même, je n'ai pas retrouvé le décès de Magdeleine Loubet antre l'an V et l'an VIII !



24/06/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres