aujols-Laffont

X comme Xénophobie

Je sais, je vous ai déjà servi le même titre l'an dernier mais là, le problème est plus grave que les inimitiés entre vallées !

Les Cagots (capots ou caqueux) ont été en Ariège et dans tout le Sud Ouest de la France, une communauté rejetée, ostracisée. Le même phénomène existe en Espagne avec les « agotes ». Or, il n'existe aucune explication fondée de ce rejet qui dura des siècles...

Ils sont "réputés" atteints ou descendants de victimes de la lèpre blanche qui ne tue pas comme les autres formes de la maladie. En fait, aucun d'entre eux n'est lépreux mais ils sont confinés dans des quartiers excentrés des villes et villages toujours en aval des rivières pour ne pas souiller l'eau que la population utilise en amont. A l'église, car ils sont chrétiens, une porte latérale basse leur est réservée ainsi qu'un bénitier spécial, la communion leur est donnée au bout d'une perche et ils ne doivent pas toucher les livres saints.

Bien sûr, ils sont condamnés à l'endogamie puisque nul bon chrétien ariégeois ne peut les toucher !

 

place 2.PNG

                                                                                              Place des Capots à Saint-Girons

 

 Mais qui sont-ils ? Comment les reconnaît-on ? A quels signes ? Aucun ! Ils sont cagots ou réputés tels ; cela fait froid dans le dos ! On dit qu'ils n'ont pas de lobes d'oreille ou qu'ils ont les doigts palmés, qu'ils sont goîtreux (handicap fréquent en Ariège par manque d'un oligo-élément, l'iode ) mais ce ne sont pas des critères indispensables... On les décrit aussi bien grands aux yeux clairs (verts ou bleus), que petits, rablès, basanés, aux yeux noirs... ce n'est donc pas une « race ».

 

Qu'ont-ils fait ? De quoi les accuse-t-on ? De rien, sinon d'être impurs, contagieux peut-être et issus d'une race maudite ! Ils sont stigmatisés depuis le Moyen-Age.

Je n'ai aucune réponse personnelle mais voici les différentes hypothèses émises par les historiens :

Ils seraient des descendants de Wisigoths, déclarés hérétiques par le premier Concile de Nicée en 325, comme Ariens. (voir W de 2015)

Ils seraient des descendants de Musulmans, restés sur place après la Reconquista et convertis au Christianisme (ce qui expliquerait les deux descriptions physiques, les Berbères étant souvent blonds).

Ils seraient des descendants des Cathares et je vous passe les extraterrestres !

 

Sans que la cause de cette « apartheid » soit élucidée, leur vie quotidienne est un enfer. Sur le marché, ils ne doivent pas toucher la nourriture et de facto ne pas en produire sauf pour leur communauté et ne peuvent donc être ni agriculteurs ni éleveurs, ils ne peuvent pas non plus marcher pieds-nus au risque de contaminer le sol qu'ils foulent et donc transmettre leur « lèpre ». Les seuls métiers qu'ils puissent exercer sont ceux où ils touchent des matériaux réputés ne pas transmettre de maladies : la pierre, le bois, le fer.

 

Le Pape Léon X s'émeut de leur rejet injustifié en 1514 et recommande de les "traiter avec bienveillance sur le même pied que les autres fidèles »

Plus tard, Louis XIV, de retour d'Espagne où il est allé rencontré sa future épouse, découvre leur sort et s'en préoccupe à son tour, il rédige une lettre patente en 1683. Mais les décisions des Grands de ce monde ne change rien au sort quotidien des cagots, la Révolution aussi sera impuissante, pourtant Bernard Dufresne, un cagot, devient en 1797, directeur du Trésor public, loin de l'Ariège, il est vrai.

 

Alors que se passe-t-il lorsqu'une sémillante Ariégeoise de Saint-Girons s'amourache d'un cagot ? Absolument impossible, en théorie, et pourtant … Jean Jacques Rouch en fait le sujet d'un très beau roman « Jean le Cagot, maudit en terre d'Oc ».- Ed Privat, 2012

 

Jean le cagot.PNG

 

 



28/06/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres