aujols-Laffont

généalogie


Gascons en Ariège

Il est des petites phrases, entendues aux AD, auxquelles je n'avais pas prêté assez attention mais qui restaient à me bourdonner dans la tête... L'habituelle question que se posent les lecteurs entre eux : « dans quel coin cherchez-vous ? » peut amener des indices. A ma réponse : « dans la vallée de Massat » J'eus plusieurs fois une répartie intrigante « Ah ! Je n'ai pas de Gascons... » 

De là à conclure, en extrapolant un peu, que le Couserans n'est pas l'Ariège, qu'il est à part, qu'il est d'ailleurs... par la langue, c'est certain, par les mœurs, sans doute et par l'aspect géographique aussi, cela devient une évidence.

 

Historiquement aussi, le Couserans dépendait de la province de Gascogne, élection de Comminges :

 

Massat province de Gascogne.PNG

  (15J12 le 8 Juin 1789)

La communauté de Massat semble dépendre de la généralité de Montauban :

 

Généralité de Montauban 1704 15J12.PNG

                                                                                                               (15J12)
puis de la Généralité d'Auch :

 

Généralité d'Auch 15J14.PNG

                                                                                                        (15J14)

 

Du point de vue religieux, le Couserans était un diocèse à part entière jusqu'au Concordat qui fit disparaître l'évêché de Saint Lizier.
Qu'on se souvienne aussi des multiples tentatives de découpage du département de l'Ariège, le Couserans essayant de constituer un département à part entière ou d'être rattaché au Comminges, plus proche de lui par la langue et les coutumes que le Pays de Foix... (A comme Ariège, Challenge 2015)

Il faut se rendre à l'évidence, mes ancêtres sont Gascons !! Et là, le puzzle devient plus clair : l'Occitanie ne connaît pas le droit d'aînesse absolue... qui constitue le pilier central des coutumes en Gascogne...

 

Le "Se Canto" que je tiens de ma grand-mère n'est pas Occitan, il est plus proche de celui que Jean Lassalle, le Béarnais, a chanté à l'Assemblée Nationale : il est Gascon.

 

J'ai trouvé récemment une carte curieuse qui fait du parler Massatois, une entité à part entière ! "parler hybride languedocien et gascon, concerne la vallée de Massat" in "Le Voisin et le Migrant, hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (XVI°-XIX° siècles) / Patrice Poujade .- Presses Universitaires de Rennes, 2010 ; p. 124

 

parler Massatois carte 001.jpg rectifiée.PNG

 

"...dans le domaine roman pyrénéen, plusieurs espaces, souvent géographiquement bien délimités, offrent des parlers qui se prêtent mal aux classifications aujourd'hui traditionnelles entre les grands idiomes, à savoir languedocien, catalan, gascon, aragonais. C'est le cas, par exemple, du Donnezanais, du Massatois, du Capcinois ou du Bénasquais..." (id p. 124)

 

Je ne résiste pas au plaisir de vous citer la version d'Olivier de Robert, son style inimitable et si attrayant ne peut supporter la moindre paraphrase : ce serait une offense voire un sacrilège !

 

"L'Est et l'Ouest du département sont séparés par une frontière invisible qu'il convient de connaître pour éviter les gaffes. A ma droite ... le Couserans gascon ; à ma gauche, la Haute Ariège et le Pays d'Olmes languedociens. Si je parle de frontière, c'est parce que l'histoire n'est pas la même, la langue y diffère, tout comme l'architecture, les costumes et une foule d'autres petites choses et, bien entendu, le regard vers le reste du monde. A l'Est, on se tourne vers Toulouse, à l'Ouest vers Saint-Gaudens et Tarbes... Regarder dans des directions opposées nous permet de nous tourner le dos avec obstination ... Au fond le premier mystère de l'Ariège, le plus évident, en tout cas, c'est de comprendre comment une unité territoriale a pu être bâtie avec deux régions qui se rejettent avec un si fort entêtement. (Mystères de l'Ariège p. 307-308)

 

Reste à étudier si cet "antagonisme" a perduré dans la diaspora ariégeoise ?


15/07/2017
2 Poster un commentaire

Un Notaire généalogiste, quelle aubaine!

Merci Maître Barthet Paul, notaire à la résidence de Saint-Girons, vos actes de succession-partage sont vraiment limpides puisque vous faites à la suite de l’énumération classique des ayant-droit, un très joli schéma. Je veux vous en faire profiter avec deux exemples de 1880 !

Un cas simple pour commencer :

 

notaire généalogiste texte classique.PNG

 

Voici le texte classique, dans lequel il est à noter que ce notaire prend soin de mentionner les sobriquets, ce qui est toujours une aide appréciable voir indispensable en Couserans. Et voici le schéma :

 

schéma 1.PNG

                                                                              (AD 09 5E7440 pour les trois exemples)

 

Si j’ai bien compris le code « couleur », le rond noir est réservé au décédés, le rond hachuré, les mariés, le rond blanc, les majeurs, le point au centre indiquant les mineurs.

Certes, le premier exemple était simple mais en voici un autre plus complexe :

 

notaire généalogiste texte classique 2.PNG

Et le schéma :

schéma 2.PNG

 

Encore un autre ? Moi, je ne m’en lasse pas car c’est la première fois que je trouve ce genre d’arbre dans des actes notariés ; en plus, je les trouve sobres, précis et surtout élégants.

 

notaire généalogiste texte classique 3.PNG

 

schéma 3.PNG

 

Maître Barthet est-il le seul à réaliser ces jolis graphiques, ou en avez-vous rencontré ailleurs ?

 

Il serait peut-être temps d’attribuer des étoiles à nos chers tabellions ! certains sont tout de même plus agréables à consulter que d’autres !


26/05/2017
3 Poster un commentaire

Les Laffont del Cardaÿre dans la Grande Guerre : ceux qui ne partent pas

 

Pour acheminer hommes, matériel, armes et munitions et ravitaillement au front, le chemin de fer est indispensable et l'entretien des voies ou la conduite des machines primordiale ; les cheminots des différentes compagnies (la SNCF n'existe pas encore) sont donc mobilisés sur place. Ils sont considérés comme relevant de l'armée et « en campagne contre l'Allemagne »

 

Jean-Baptiste et François Laffont del Cardaÿre ne partiront pas au front puisqu'ils travaillent aux chemins de fer du Midi, ils ont un registre matricule mais bénéficient d'une « affectation spéciale » : faisons leur connaissance !

 

 

Jean-Baptiste est né à Massat le 30 Août 1880 de Jean et Jeanne Sablé Teychenné ; lors de la mobilisation générale, il a 33 ans et il est « versé dans le 5° Régiment du Génie de Versailles ». Mais je pense qu'il n'a jamais vu Versailles ou pour un temps très court, il est « classé dans l'affectation spéciale comme employé de la Compagnie des chemins de fer »

 

JB Laffont GG.PNG

 

Et  son temps est compté comme campagne contre l'Allemagne comme pour tous les Poilus :

 

JB Laffont campagne.PNG

 

 

Et pourtant, il ne va pas au front. Durant son service militaire, déjà, effectué en 1901, il est vite « détaché sur le réseau du Midi (survie de la voie) ». Bien que son travail soit difficile et pénible, il ne sera pas sous le feu et c'est, sans doute, un grand soulagement pour ses proches

 

Il a un niveau d'instruction 3 et paraît « bel homme » :

 

JB Laffont physique 2.PNG

                                                                                             (matricule 1002 classe 1900 recrutement de Foix)

 

La situation de François est-elle comparable ?

Pour lui, nous n'avons pas de description physique dans son registre matricule, ce qui est assez rare, son degré d'instruction est de niveau 2 et sa situation militaire est identique, il n'ira pas au front !

Par contre, il semble avoir intégré la compagnie après son service qu'il effectuera comme tous ceux de sa classe au 59° RI.

Il restera à son poste :

 

François affectation 1914.PNG

« classé dans l'affectation spéciale du 16 Juillet 1910. Maintenu à son poste du temps de paix du 2 Août 1914 au 22 Mars 1919. Passé dans la subdivision de St Gaudens par changement de domicile le 20 Décembre 1927... »

 

D'autres ne partiront pas : les réformés.

 

Ainsi Pierre Laffont né à Boussenac le 26 Juillet 1880, fait son temps au sein du 97° RI mais pourtant, il est réformé en 1914 :

 

Pierre fracture jambe.PNG

                                                                              « fracture double avec cal vicieux de la jambe droite »

 

Il doit boiter bas et restera à Cos où il réside en 1914, il échappera à la « boucherie » guerrière mais nous ne saurons jamais comment il a pu mettre sa jambe dans un tel état !

 

Un autre Pierre est, lui aussi, réformé après avoir fait un service militaire « normal » de 3 ans, au sein du 2° Zouaves avant de fêter « la quille » le 20 Octobre 1900 avec un « certificat de bonne conduite » en poche.

Il est le frère aîné de Jean-Baptiste, employé de la compagnie du Midi.

 

Or, lors de la mobilisation, il est réformé pour épilepsie, n'en souffrait-il pas durant ses 3 ans de service chez les Zouaves, où l'entraînement ne devait pas être une partie de plaisir ? Le médecin militaire n'a-t-il rien soupçonné ?

 

En 1913, il a effectué une période d'exercice, apparemment sans problème. Peut-il simuler une crise ?

 

Jean état civil et physique mat 923.PNG

 

 

 

Il faut aussi compter parmi eux Jean Laffont, matricule 923 :

 

Jean état civil et physique mat 923.PNG

 

Il a été mobilisé en 1905 au 18° Régiment d'artillerie, il est canonnier et pendant un an, tout se passe apparemment bien mais le 24 Janvier 1907, il est réformé « pour varices des membres inférieurs avec ulcères ». Que s'est-il passé pour que sa santé se dégrade ainsi ou bien ses problèmes étaient-ils préexistants sans avoir été décelés ?

Jean service militaire.PNG

 

A la mobilisation, il n'aura pas à subir une autre commission de réforme car il décède le 6 Juin 1907 à Boussenac...

 

Jean, le fils de Jean Pierre et Marie Piquemal, lui, est mort trop jeune pour connaître la mobilisation.

 

D'autres reviendront de cette terrible épreuve : invalides ou indemnes physiquement, prisonniers libérés, mais tous marqués à jamais ! Nous allons les rencontrer dans les billets suivants ...


24/04/2017
1 Poster un commentaire

Les Laffont del Cardaÿre dans la Grande Guerre : les Morts pour la France 3

En 1916, le 13 Mai, Jean Pierre Laffont del Cardaÿre tombe à l'ennemi. Il est né dans la commune de Boussenac au hameau de Mouréouet, fils de Jean Pierre et de Marie Piquemal Cabos, le 24 Septembre 1890. Et il semble avoir une personnalité particulière, en effet, il est un aîné et même un fils unique (je n'ai pas retrouvé de filles) et son frère cadet est mort à 9 mois. Mais il a une enfance chaotique, sa mère décède alors qu'il n'a que 6 ans (le 3 Juin 1896) et son père se remarie deux fois ; a-t-il des « demi » frères ou sœurs? L'état civil n'est pas en ligne pour le début du XX° siècle.

En tout cas, Jean Pierre est de la classe 10 et déclaré « Bon pour le service » mais au lieu de faire son service normal d'un an à cette époque, il s'engage pour 4 ans, lui, l'aïnat, l'héritier !

 

 Jean Pierre carrière militaire.PNG

 

L'armée semble lui réussir : 1°classe en Juin 1911, caporal en Septembre, sergent en Octobre 1912 et enfin adjudant le 26 Novembre 1915 ; il a trouvé comment s'épanouir avec son bagage banal de 3, il monte les échelons assez rapidement (gageons que sous l'Empire le premier, il aurait pu finir colonel!)

Mais la « faucheuse » l'a frappé à Jubécourt (près de Verdun) dans la Meuse, le 13 Mai 1916.

Il est malgré tout, le plus gradé des Laffont del Cardaÿre tombés pour la Patrie et aussi le seul à avoir été décoré deux fois :

 

Jean Pierre faits d'armes décorations 1.PNG

 

« chef de section de mitrailleurs, malgré un feu violent d'artillerie lourde bouleversant les tranchées et les plateformes qui supportaient les pièces a su maintenir sa section et arrêter à deux reprises les grenadiers ennemis »

 

Puis une autre citation à l'ordre de la Division signée Pétain ! «  Bon chef de section de mitrailleurs déjà cité pour sa belle attitude au feu. A trouvé une mort glorieuse le 13 Mai 1916 en accomplissant son devoir... Croix de guerre étoile d'argent » :

 

Jean Pierre faits d'armes décorations 2.PNG

 

Il devait sans doute avoir un caractère « fougueux », assez irrascible, mais inhérent, paraît-il, aux Massadels ! Et son enfance, peut-être malheureuse depuis le décès de sa mère, n'avait fait qu'accentuer ce trait ; mais physiquement, voilà son portrait « militaire »

 

 

 Jean Pierre physique PNG + petit.png

 

  Lui aussi est blond aux yeux bleus (je ne m'attendais pas à en trouver dans mes ancêtres Ariégeois! je les imaginais plutôt de type méridional...)

 

Laffont Jean Pierre + petit.png
Voyons, dans le JMO du 296° RI, quelles sont les circonstances de sa mort. 
Surprise car le Journal indique des conditions plutôt calmes :

 

13 Mai 1916 journée et nuit assez calmes.PNG

 

On peut légitimement se demander à quoi correspond une journée et une nuit "relativement" et "assez" calmes quand on voit l'état des pertes consigné à la suite :

 

pertes 13 Mai 1916 Laffont JP.png
 

11 morts, disparus ou blessés ! De quoi relativiser les correspondances des Poilus lorsqu'ils écrivent à leur famille que leur secteur est "assez calme" !

 

Jean Pierre sera le dernier à donner sa vie "pour la France" dans notre famille.  

 

Je viens de remarquer que le JMO indique le numéro de matricule d'arrivée au Corps et non celui du recrutement, il faut dire que Jean-Pierre est le premier sous-officier que je rencontre et, dans la plupart des JMO, les soldats morts au front ne sont pas nommément inscrits... juste signalés dans les pertes chiffrées!! 


01/04/2017
3 Poster un commentaire

Les Laffont del Cardaÿre dans la Grande Guerre : les Morts pour la France 2

Ouf ! Cette funeste demi-année de guerre se termine, espérons que les suivantes ne verront pas d'autres « manquants » dans la famille ! Les vœux traditionnels  de Nouvel An reflètent cet espoir qu'il ne manque personne dans une famille «  a l'an que ben, que se siam pas mai que siguem pas mens »* et la tradition (assez récente) de la carte postale à ceux qui sont loin du pays se transforme, guerre oblige, en carte patriotique :

 

carte de voeux 2015 2 + petit.png

 

Et pourtant, l'année 1915, fera encore une autre victime chez les Laffont :

Pierre naît au hameau des Eychards, le 23 Octobre 1873, fils de Nicolas et de Marie Subra Buissos.

 

Sa « carrière » militaire est sans histoire, il rejoint le 59° RI de Foix, le 13/11/1894, le 24 Septembre 1895, il fête « la quille », rentre dans sa vallée, peut-être avec la tête un peu lourde... En 1897, il « passe » dans la réserve, et peut se croire tranquille et délivré de ses obligations militaires... Le 24 Novembre 1897, il épouse Jeanne Piquemal Moussou, née au hameau d'Eycherboul.

Mais voilà, le 1° Août 1914, tout bascule, c'est la mobilisation générale ! Et Pierre part ! Il arrive le 14 Août, il ne s'est pas pressé … alors miracle ! Il est renvoyé « dans ses foyers » le 19 Août. Jeanne doit être soulagée !

 

Pierre +1915 mobilisation.PNG

 

Sauf que le miracle ne dure qu'à peine trois mois...voilà que Pierre se retrouve dans les combats.

Il change plusieurs fois de régiment avant d'intégrer le 110° RI et d'y trouver la mort, le 30 Septembre 1915 à Valmy, suite à des blessures de guerre.

Qu'en dit le JMO de ce régiment ? Pas grand chose, juste un état des pertes :

 

JMO 110 RTI 30-9-1915 vue 4 + petit.png
 

Valmy, si mes souvenirs sont exacts, c'est la première bataille de la Marne. Voyons sa fiche de Mémoire des Hommes :

 

 Laffont Pierre + petit.png

 

A quoi ressemblait Pierre, il savait lire, écrire et compter et il était blond, plutôt petit et avait les yeux bleus :

 

Pierre +1915 physique + petit.png
 

 Il fut le seul Laffont de Boussenac à tomber en 1915.

 

Mais Jean Joseph Laffont, né à Soulan le 15 Mars 1895, tombe lui aussi à Hebuterne (Pas de Calais) le 8 Juin 1915 :

 

 laffont Jean Joseph de Soulan + petit.png

 

Est-il un Laffont del Cardaÿre, c'est possible, mais la Mairie de Soulan n'enregistre pas ou rarement les sobriquets (il faut préciser que ce village est un peu « hors » de la vallée même s'il fait partie du canton de Massat, il a plus de relations avec la vallée d'Oust ou avec Saint Girons). Pour faciliter la recherche, Jean Joseph dépend du bureau de recrutement de Nîmes ! Aucune trace d'un Jean Joseph, classe 1915, aux AD 30 dans les registres matricule...On ne sait jamais, une erreur peut se produire, vérifions aux AD 09, là, rien non plus !!

 

Et pourtant, il existe bien un acte de naissance de ce Poilu, à Soulan mais sans sobriquet. 

 

° Laffont Jean Joseph 15-3-1895 Soulan + petit.png

 

 

Pour vérifier, il faudra retrouver le mariage des parents … mais le père s'appelle Jean !! et je vois la galère arriver ( challenge 2016 J comme marier Jean) D'après les tables décennales, le mariage a eu lieu le 28 Janvier 1894 et Jean Joseph est le premier-né ; voyons si le sobriquet de Jean figure sur son acte de mariage... pas de chance :

 

X Jean Laffont Soulan manquant + petit.png

 

Seule solution maintenant, un acte notarié mais il ne sont pas en ligne....

 

 Il me faut encore vous présenter Paul Laffont :

 

Laffont Paul +petit.png 

 Il a été blessé le 17 Juin 1915 « à la tête et à l'épaule gauche » et remis sur pied, il rejoint son régiment le 59° RI. De quoi est-il mort ? Nous n'en saurons pas plus avant 2037... puisque les dossiers médicaux sont soumis à un délai de 120 ans avant communication. Je ne suis pas sûre que les archives de l'hôpital de Lézat (si elles existent aux AD) apportent une réponse mais je vais y jeter un œil.

 Il ne mourra pas au front, mais en Ariège, dans un hôpital à Lézat sur Lèze , « des suites d'une maladie contractée en service ».

Les maladies les plus fréquentes sont la tuberculose pulmonaire, la pneumonie, ou vers la fin de la guerre, la grippe espagnole, conséquences directes de mois dans les tranchées dans des conditions épouvantables, de promiscuité et d'hygiène inexistante . Mais d'autres « maladies » neurologiques ou psychologiques atteignent les Poilus, tremblements incontrôlables, prostration, voire la démence. Je me demande d'ailleurs comment nos Poilus n'ont pas tous sombré tant leur condition était inhumaine...

 

Sauf que Paul est le frère aîné de David Narcisse tombé au champ d'honneur dès le début de la guerre ! Sur trois fils, il ne reste que Jean, le cadet, qui a été fait prisonnier le 23 Août 1914 à Bertrix et, est détenu depuis à Zorsen. Seule note positive, Jean reviendra sauf en 1919 !

 

 

 


31/03/2017
1 Poster un commentaire