aujols-Laffont

Faits divers à Massat


Un acte de notoriété pour le moins bizarre !!


Durant le challenge, je vous avez prévenu que je ferai bientôt appel à tous les Sherlock Holmes et les Dr Watson de la blogosphère et bien voici le sujet de l'énigme :

" L'an 1868 et le 8° jour du mois de Décembre, après midi, à Massat, par devant nous Louis Marie Adolphe Galy Gasparrou, avocat notaire à la résidence de Massat, département de l'Ariège et les témoins bas nommés dans notre étude, ont comparus : les sieurs Jean Laffont Lagras, cordonnier, âgé de 72 ans, Vincent Piquemal Mongerma, carrilloneur, âgé de 60 ans, Jean Auriac Lamayrat, âgé de 72 ans, propriétaire, âgé de 55 ans et Baptiste Loubet Rajol, fils de feu Guillaume, cultivateur, âgé de 58 ans.Tous habitants de la commune de Massat. Lesquels ont par la présente attesté pour vérité et notoriété où qu'il appartiendra :

1) Que Loubet Rajol Jean Pierre né à Massat le 28 Février 1816 et Loubet Pierre décédé à San francisco le 7 Juillet 1867 et déclaré dans son acte de décès né à Aspet est la même personne.

2) Que du mariage de Loubet Rajol Jean Pierre et de Madeleine Teichéné, décédée, il n'est né que trois enfants : le dit Loubet Rajol Jean Pierre, la dame Marie Loubet Rajol épouse de Raymond Bataille et la dame autre Marie Loubet Rajol épouse Pradal.

3) Que Marie Loubet Rajol épouse Pradal est mariée sous le régime de la communauté

4) Et enfin que le dit Loubet Rajol Jean Pierre, père, désigné : dans l'acte de naissance de son fils Jean Pierre sous le nom et prénom de Loubet Rajol Jean blanc Jean ; dans l'acte de naissance de sa fille Marie sous le nom et prénom de Loubet Rajol dit Mondet et dans son acte de décès sous les nom et prénom de Jean Loubet Rajol [erreur du notaire dans l'acte de décès son prénom est Pierre]; et dans l'acte civil de mariage de sa fille Marie avec Raymond Bataille sous les nom et prénom de Jean Loubet Rajol, est le même individu malgré ces dissemblances dans les noms et prénoms..."

Bon, voulez-vous un cachet contre la migraine ?? A mon goût, il y a tout de même un peu trop de "dissemblances" selon le terme employé par ce cher M° Galy Gasparrou ! Et même en Couserans, je n'ai jamais vu autant d'approximations. Des changements de prénoms, certes, on en trouve ; les Jean Pierre se trouvant prénommés tantôt Jean tantôt Pierre, voire Pey Joan, ce n'est pas très rare. Des changements de sobriquets, cela arrive (dit Mondet). Que les deux soient associés à la même personne, cela devient beaucoup plus rare et qu'enfin un moribond à l'autre bout du monde, se trompe sur son lieu de naissance alors qu'on a vu et revu l'attachement des Massatois à leur vallée... là, franchement, ça m'interpelle vraiment. L'épouse du défunt a eu, elle aussi, la "bonne idée" de décéder, ne restent donc que des héritiers potentiels et les Loubet sont légion, nous l'avons vu ! Alors en trouver un qui a migré est un jeu d'enfant !

Première recherche, la transcription de l'acte de décès : aucune trace à Massat, bien entendu, puisqu'il se trouve à Aspet comme indiqué par le défunt !

+ Loubet Pierre San Francisco Aspet 31 1.PNG

+ Loubet Pierre San Francisco Aspet 31 2.PNG

+ Loubet Pierre San Francisco Aspet 31 3.PNG

 "Du Mercredi 10° jour du mois de Juillet 1867 à midi

Acte de décès de Pierre Loubet, rémouleur, marié, demeurant à San Francisco et y décédé le 7 Juillet 1867, à 7 heures et demie  du soir, âgé de 51 ans environ, natif d'Aspet, arrondissement de Saint Gaudens, Haute Garonne, sur la déclaration à nous faite par Messieurs Adrien Durand collecteur à la Société de bienfaisance mutuelle, âgé de 22 ans et Henri Hellersmann, collecteur de la société de secours français, âgé de 44 ans, demeurant tous deux à San Francisco et ont signé après lecture faite..." Acte transcris le 8 Décembre 1867 à Aspet Haute Garonne (AD 31 en ligne)

Nous apprenons donc qu'il est rémouleur et qu'il est marié ! et non veuf. N'a-t-il pas été informé du décès de sa femme en son absence ou est-il parti après son veuvage et s'est-il remarié outre Atlantique ?

Outre tous les actes qu'il va falloir rechercher pour étayer l'acte de notoriété, il faudra trouver l'acte de décès de Madeleine Teichené, sans avoir son sobriquet, et des Teichené (signifiant tisserand) il y en a pléthore en cette vallée ; en série M, chercher le passeport du défunt et un éventuel mariage au Etats-Unis. De quoi agrémenter les soirées d'hiver : 5 actes de naissance, 3 mariages (le fils Jean Pierre ne semble pas avoir convolé) et un décès en Ariège.

Il va aussi falloir mener la même quête à Aspet où il existe une famille Loubet !!!

Déjà, j'entrevois une difficulté : l'époux de la première (?) Marie s'appelle Bataille, patronyme que je n'ai jamais rencontré à Massat sauf dans des sobriquets "dit Bataillé"... un "étranger" à la vallée !

Pour corser l'affaire, dans les recensements américains, on ne trouve qu'un Pierre Labet !

Je tiens à vous prévenir : je n'ai pas la solution ! Je cherche à savoir si cet acte de notoriété est un tissu d'approximations pour tenter de s'approprier les éventuels biens de l'Américain aux dépends des descendants d'un natif d'Aspet ou s'il s'agit bien de Jean Pierre Loubet Rajol comme l'atteste M° Galy Gasparrou "avocat notaire".

Dernière interrogation : comment la nouvelle du décès de cet homme est-elle parvenue à Massat ? Un colporteur ? Et s'il est d'Aspet, ce cher Jean Pierre, n'y a-t-il plus d'ayant droit ?

 

 

 


09/07/2015
2 Poster un commentaire

La "male mort" et les femmes (5)

" La mort prématurée est aussi une "male mort" et frappe la femme enceinte, morte en couches ou qui vient d'accoucher" (site Encyclopédie sur la mort, article "male mort").

Je ne me souviens plus où j'avais trouvé ce dicton peu rassurant "femme en gésine a déjà un pied dans la tombe" (peut -être dans "Mourir autrefois" de Michel Vovelle) en tout cas il reflète bien les dangers de l'enfantement sous l'Ancien Régime. Dans les hameaux de montagne, on ne fait pas appel au médecin faute d'argent, pas de sage-femme non plus, il faut s'en remettre à la matronne plus ou moins ignorante ou aux voisines. En cas de problème grave, le principal souci sera de sauver l'âme avant les corps, l'enfant en danger de mort sera ondoyé, pour la mère on appellera le prêtre...

 

+ 4-11-1751 accouchement dramatique Massat.PNG


"Jeanne Cabau femme de Jean Galy Cabeil de Rieuprégont est décédée dans les douleurs de l'enfantement le 4 Novembre 1751 après la mort l'enfant luy a été tiré du corps et après avoir vécu environ une heure et reçu le bateme est décédée et a été enterré avec la mère le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

 

+ Morte en couches 3-10-1781 Massat.PNG


" Jeanne Bardou femme de Jean Benazet desmouliès âgée d'environ 25 ans est morte en couches le troisième Octobre 1781 munie du sacrement de pénitence et a été enterrée le lendemain avec l'enfant dont elle était accouchée 2 heures ou environ avant qu'elle expirat lequel fut baptisé et mourut ..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG12)

A noter que dans ces trépas, la femme, considérée comme impure avant les relevailles, ne reçoit pas le Saint Viatique mais seulement le sacrement de pénitence.

Les naissances multiples sont presque toujours catastrophiques pour la mère et les enfants même si dans ce premier cas, il était possible d'avoir quelque espoir car les bébés naissent en été :

 

° P Lagoueillat triplés 27-7-1765 Massat.PNG
" Françoise, Jeanne et Marie Piquemal Lagoueillat sont nées du légitime mariage d'Etienne Piquemal Lagoueillat et Madeleine Benazet Pissou mariés sont nées et ont été baptisées le 27 Juillet 1765..." ( AD 09 1NUM2/260EDT/GG8)

Les trois bébés sont vivants et baptisés et la mère a surmonté la triple épreuve mais elle décède deux jours plus tard

+ Madeleine B Pissou mère des triples 29-7-1765 Massat.PNG


" Magdelaine Benazet Pissou âgée d'environ trente cinq ans et épouse d'Etienne Piquemal Laouillat est décédée munie de sacremens le 29° Juillet 1765 et a été inhumée le lendemain..." (AD 09 id.)

Suivent les décès de Jeanne le 2 Août et de Françoise le 15 Août :

+ Jeanne P Lagoueillat une des triplés 2-8-1765 Massat.PNG

+ Françoise P Lagoueillat une des triplés 15-8-1765 Massat.PNG

Marie semble avoir survécu au moins deux ans : le 22 Juin 1767 une Marie Piquemal Lagoueillat âgée de deux ans, fille d'Estèbe Piquemal Lagoueillat, décède mais le nom de la mère n'étant pas indiqué il est difficile d'affirmer à coup sûr qu'il s'agit de la survivante des triplettes.triplette.PNG


D'autant qu'en 1766 Jean (et non plus Etienne) Piquemal Lagoueillat a eu des jumeaux prénommés François et Marie.

Les BMS de Massat relatent entre une et trois naissances gémellaires par an et on trouve 3 naissances de triplés au cours du siècle. L'issue est le plus souvent fatale et pour la mère et pour les enfants.

° triplés Rouaix 28-1-1744 Massat.PNG

Baptèmes de François, Madelaine et Jeanne, "frères jumeaux" enfants de Michel Rouaix et de Marie Loubet le 20 Janvier 1744 ; les deux filles sont décédées le 21 et le garçon le 22 mais la mère semble avoir survécu, aucun décès d'une Loubet Marie dans les mois qui suivent mais nous n'avons pas son additif de patronyme... (AD 09 1NUM2/260EDT/GG5)

triplets.PNG

° triplés Loubet Rajol 23-2-1781 2.PNG

 " Paul et Barthélémy et Jeanne Loubet Gajol trois frères jumeaux fils de Jean Loubet Gajol et de Marie Piquemal Laservole, mariés sont nés le 23 Février 1881 et ont été baptisés le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG12)

Deux jours plus tard, le 25, Paul décède et les deux autres enfants le lendemain 26 Février. La mère semble avoir survécu mais il est impossible de savoir si elle en gardera des séquelles sauf à vérifier si elle a donné naissance à d'autres enfants. Encore que cela ne soit pas une preuve : nous ne connaissons pas l'âge de la parturiente et il est possible que ce soit une dernière grossesse.

 


 

 

 

 

 


31/05/2015
1 Poster un commentaire

De belles longévités

Après vous avoir asséné 4 épisodes déprimants, j'aimerais interrompre cette avalanche de décès prématurés par, non pas de "bonnes nouvelles", puisque l'issue est fatale pour nous tous ... mais vous présenter des vies incroyablement longues quand on connait les dangers et la pauvreté qui guettent les habitants de la vallée de Massat. Au XVIII° comme jusqu'au milieu du XIX° siècle, les épidémies (choléra en 1854 !) , les disettes ou la sous alimentation chronique ont fait des coupes sombres dans la population et arriver à un grand âge, dans ces conditions, relevait du miracle !

Après, nous reviendrons à la "male mort" chez les femmes que la "faucheuse" cueillait souvent à l'accouchement. Mais je ne voulais pas vous faire croire que la vallée de mes ancêtres était "mortifère" suivant le terme à la mode !

Voilà donc de beaux "mountagnols" bien costauds, décédés dans leur lit et munis de toutes les assurances de l'église pour arriver directement chez Saint Pierre

 

+ exemples de longévité Février 1766 Massat.PNG

" Jean Sutra Colle âgé d'environ 96 ans muny des sacrements est décédé le 9° Février 1766 et a été inhumé le lendemain..."

"Paulet Loubet Rajol âgé de 80 ans est décédé muny des sacrements le 11 Février 1766 et a été inhumé le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG9)

+ Jean Subra Buissos 95 ans 13-2-1773 Massat.PNG

"Jean Subra Buissos dit ? âgé de 95 ans est décédé muni des sacrements le 13 Février 1773 et a été enterré le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG10)

On trouve même des centenaires :

+ Jean P Barou 100 ans 8-12-1776 Massat.PNG

"Jean Piquemal Barou âgé d'environ 100 ans est décédé après avoir reçu les sacrements le 30 Décembre 1776 et a été enterré le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG11)

 +Bernard G Roquefort 100 ans 1756.PNG

"Bernard Galy Roquefort dit le Piquié âgé d'environ 100 ans ... est mort le 26 Avril 1756 le corps a été enterré le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG7 nb les mortuaires sont en fin de volume même si vous sélectionnez "sépultures" vue 175)

+ Sutra colle 100 ans 1776.PNG

"Jean Sutra Colle âgé d'environ 100 ans est décédé après avoir reçu les sacrements le 26 Décembre 1776 et a été enterré le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG11 vue 55)

+ un centenaire 17-1-1741 Massat.PNG

" Vincent Clastre Pieusel âgé d'environ 100 ans est mort ayant reçu les derniers sacrements et a été enterré au cimetière le 7 Janvier an que dessus [1741]...(AD 09 1NUM2/260EDT/GG5)

 

Mais ma préférence va à Marguerite Piquemal dite Carretas qui est veuve et a donc certainement affronté les dangers de la maternité ou même si elle n'a pas enfanté de bébé vivant les dangers de la "fausse couche" et a malgré une vie qu'Isaure Gratacos qualifie de "bête de somme" a réussi à défier la faucheuse pendant 100 ans !

+ une centenaire 1-5-1743 Massat.PNG

" Marguerite Piquemal dite Carretas âgée d'environ 100 ans, veuve de feu Pierre Techenné de Quinol, est morte ayant reçu les derniers sacrements le premier May et an que dessus [1753] et a été enterrée au cimetière le second présent..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

 

 

Je n'ai pas pu vérifier l'exactitude de ces longévités car les registres de Massat ne sont pas assez anciens et les premiers sont très lacunaires mais même si ces personnes n'étaient pas réellement centenaires, ils avaient sans conteste dépassé l'espérance de vie moyenne pour que tous les qualifient de tels !

Je tiens à vous signaler aussi que mon recensement n'est pas exhaustif car, au départ, je cherchais les "male mort" et au fil de la recherche m'est venu à l'idée de chercher aussi ces "grands vieillards" du XVIII° siècle ... ne consultant jamais un médecin faute d'argent (vue la science des "hommes de l'art" à cette époque, cela leur a peut-être sauvé la vie...) et ne se soignant qu'à partir de simples comme leurs ancêtres.


27/05/2015
1 Poster un commentaire

la "male mort" dans les BMS du XVIII° siècle 4° épisode

Des morts "naturelles"

Consulter le médecin n'est pas dans les moyens financiers de la plupart des habitants de cette vallée qui vivent presque tous à la limite de la pauvreté. De toute façon que pourrait-il faire ? Prescrire le repos, une meilleure alimentation ? La plupart des maladies ne sont pas décelées et on s'en remet aux saints plus qu'aux "hommes de l'art", il faut bien continuer à travailler pour vivre ou survivre.

 

+ mort subite 29-1-1754 Massat.PNG

" Magdeleine Sutra Cole, femme de Joseph Laffitte Petit de Liers est subitement décédée le 29° Janvier 1754" (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

 

Le début des "grands travaux" c'est à dire fenaison et moisson, est une période difficile : on sort de l'hiver, les récoltes nouvelles ne sont qu'une promesse, et la plupart des hommes rentrent d'une campagne d'hiver dans les départements voisins ou en Espagne. Ils sont fatigués et la période de "soudure" fait que l'alimentation est pauvre mais il faut "faire les foins" pour garantir la survie du troupeau pendant l'hiver ! La fenaison puis la moisson sont capitales, elles déterminent la vie du village et le fera osciller entre aise, pauvreté et disette.

 Qui cultive une terre de montagne rit un an et sept ans pleure...

+ apoplexie 21-7-1753 Massat.PNG

" Raymond Benazet dit toruty âgé d'environ 50 ans est décédé le 21 du mois de Juillet de l'an 1753 d'une attaque d'apoplexie qui luy a occasionné une mort subite sans sacrements et a été inhumé le lendemain dans notre cimetière...' (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

Mais nul n'est à l'abri de cette "male mort" même les plus proches du ciel... car comme nous tous "ils ne savent ni le jour ni l'heure" !

+ un chanoine sans sacrements mort subbite 7-6-1754 Massat.PNG

" M° François Desproy, chanoine du chapitre collégial du présent lieu est décédé subitement  le 7 Juin 1754 à 10 heures du soir après quelques jours d'une maladie qui avait paru peu sérieuse sans que nous ayons eu le temps de lui administrer les derniers sacrements, à l'exception de l'absolution articulo mortis, il était âgé d'environ 54 ans et avait été chanoine de Massat pendant 27 années, son corps a été enterré le lendemain 8° Juin 1754 à leur bonne heure de la      nuit dans la chapelle Notre Dame du Rozaire..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

 

 


27/05/2015
0 Poster un commentaire

La "male mort" dans les BMS au XVIII° siècle 3° épisode

Des noyades

La fonte des neiges est redoutable car elle gonfle les torrents qui peuvent démolir les routes, les chemins mais aussi les ponts. L'Arac est réputé pour ses colères et détruit à plusieurs reprises les ponts qui l'enjambent. La traversée d'une rivière est toujours dangereuse :

+ Jean Sentenac Pitche 6-3-1760 accident Massat.PNG

"Jean Sentenac Pitche âgé d'environ 50 ans a été trouvé mort dans la rivière de Liers et en a été retiré par les consuls de la ville de Massat, sans en avoir connu autre chose, que présument y avoir été tombé en travaillant sur sa cotière ... pour avoir fréquenté les sacrements l'avons enterré le lendemain septième du mois de Mars 1760 ..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG7)

+ 19-6-1755 noyé dans une rivière Massat.PNG

"Guilhaume Sentenac Pitche fils de Jean âgé d'environ 12 ans est décédé le 29 Juin 1762 en passant une rivière où il se noya et a été inhumé le lendemain au cimetière de la présente église..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG8)

+ Jean Adoue 22-6-1781 noyé Massat.PNG

" Le sieur Jean Adoue négociant âgé d'environ 50 ans, noyé le jour d'hier dans un torrent débordé aboutissant à la rivière du présent lieu de Massat, où il tomba en voulant le passer sur une échelle faute de pont, et trouvé mort ce matin dans ladite rivière, suivant que le tout résulte du verbal de visite de son cadavre, dressé par M° Galy Gasparrou, ancien avocat, M. le Juge absent ; ledit verbal avons exhibé en original par le sieur Rives procureur fiscal soussigné et parlui retiré de suite ; a été enterré de suite ce jourd'hui 22 Juin 1781..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG12)

 


16/05/2015
0 Poster un commentaire