aujols-Laffont

La "male mort" et les femmes (5)

" La mort prématurée est aussi une "male mort" et frappe la femme enceinte, morte en couches ou qui vient d'accoucher" (site Encyclopédie sur la mort, article "male mort").

Je ne me souviens plus où j'avais trouvé ce dicton peu rassurant "femme en gésine a déjà un pied dans la tombe" (peut -être dans "Mourir autrefois" de Michel Vovelle) en tout cas il reflète bien les dangers de l'enfantement sous l'Ancien Régime. Dans les hameaux de montagne, on ne fait pas appel au médecin faute d'argent, pas de sage-femme non plus, il faut s'en remettre à la matronne plus ou moins ignorante ou aux voisines. En cas de problème grave, le principal souci sera de sauver l'âme avant les corps, l'enfant en danger de mort sera ondoyé, pour la mère on appellera le prêtre...

 

+ 4-11-1751 accouchement dramatique Massat.PNG


"Jeanne Cabau femme de Jean Galy Cabeil de Rieuprégont est décédée dans les douleurs de l'enfantement le 4 Novembre 1751 après la mort l'enfant luy a été tiré du corps et après avoir vécu environ une heure et reçu le bateme est décédée et a été enterré avec la mère le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG6)

 

+ Morte en couches 3-10-1781 Massat.PNG


" Jeanne Bardou femme de Jean Benazet desmouliès âgée d'environ 25 ans est morte en couches le troisième Octobre 1781 munie du sacrement de pénitence et a été enterrée le lendemain avec l'enfant dont elle était accouchée 2 heures ou environ avant qu'elle expirat lequel fut baptisé et mourut ..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG12)

A noter que dans ces trépas, la femme, considérée comme impure avant les relevailles, ne reçoit pas le Saint Viatique mais seulement le sacrement de pénitence.

Les naissances multiples sont presque toujours catastrophiques pour la mère et les enfants même si dans ce premier cas, il était possible d'avoir quelque espoir car les bébés naissent en été :

 

° P Lagoueillat triplés 27-7-1765 Massat.PNG
" Françoise, Jeanne et Marie Piquemal Lagoueillat sont nées du légitime mariage d'Etienne Piquemal Lagoueillat et Madeleine Benazet Pissou mariés sont nées et ont été baptisées le 27 Juillet 1765..." ( AD 09 1NUM2/260EDT/GG8)

Les trois bébés sont vivants et baptisés et la mère a surmonté la triple épreuve mais elle décède deux jours plus tard

+ Madeleine B Pissou mère des triples 29-7-1765 Massat.PNG


" Magdelaine Benazet Pissou âgée d'environ trente cinq ans et épouse d'Etienne Piquemal Laouillat est décédée munie de sacremens le 29° Juillet 1765 et a été inhumée le lendemain..." (AD 09 id.)

Suivent les décès de Jeanne le 2 Août et de Françoise le 15 Août :

+ Jeanne P Lagoueillat une des triplés 2-8-1765 Massat.PNG

+ Françoise P Lagoueillat une des triplés 15-8-1765 Massat.PNG

Marie semble avoir survécu au moins deux ans : le 22 Juin 1767 une Marie Piquemal Lagoueillat âgée de deux ans, fille d'Estèbe Piquemal Lagoueillat, décède mais le nom de la mère n'étant pas indiqué il est difficile d'affirmer à coup sûr qu'il s'agit de la survivante des triplettes.triplette.PNG


D'autant qu'en 1766 Jean (et non plus Etienne) Piquemal Lagoueillat a eu des jumeaux prénommés François et Marie.

Les BMS de Massat relatent entre une et trois naissances gémellaires par an et on trouve 3 naissances de triplés au cours du siècle. L'issue est le plus souvent fatale et pour la mère et pour les enfants.

° triplés Rouaix 28-1-1744 Massat.PNG

Baptèmes de François, Madelaine et Jeanne, "frères jumeaux" enfants de Michel Rouaix et de Marie Loubet le 20 Janvier 1744 ; les deux filles sont décédées le 21 et le garçon le 22 mais la mère semble avoir survécu, aucun décès d'une Loubet Marie dans les mois qui suivent mais nous n'avons pas son additif de patronyme... (AD 09 1NUM2/260EDT/GG5)

triplets.PNG

° triplés Loubet Rajol 23-2-1781 2.PNG

 " Paul et Barthélémy et Jeanne Loubet Gajol trois frères jumeaux fils de Jean Loubet Gajol et de Marie Piquemal Laservole, mariés sont nés le 23 Février 1881 et ont été baptisés le lendemain..." (AD 09 1NUM2/260EDT/GG12)

Deux jours plus tard, le 25, Paul décède et les deux autres enfants le lendemain 26 Février. La mère semble avoir survécu mais il est impossible de savoir si elle en gardera des séquelles sauf à vérifier si elle a donné naissance à d'autres enfants. Encore que cela ne soit pas une preuve : nous ne connaissons pas l'âge de la parturiente et il est possible que ce soit une dernière grossesse.

 


 

 

 

 

 



31/05/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres