aujols-Laffont

K comme Kercabanac

Je sais cela fait un peu breton au premier abord et pourtant le lieu est en Ariège et marque l'entrée de la vallée du Salat, à droite en venant de Saint-Girons ; si vous continuez tout droit, c'est la route de Massat. Je ne triche pas et vous le prouve :

 

CPA Porte de Kerkabanac.PNG

 

Creusé de main d'hommes, ce tunnel a aussi une valeur symbolique : il sépare le monde fini de la vallée, le monde connu ; du monde de l'extérieur, le monde inconnu.

Tous les migrants, colporteurs, ou ousailhers le franchirent un jour la tête pleine de rêves de voyage et de fortune mais aussi d'angoisses.

Certains revinrent, par le même chemin, fortune faite... ou non. A partir de là, on peut lancer son "ihlet" pour faire savoir de hameau en hameau qu'un migrant revient au pays ! On dit même que certains pouvaient savoir l'identité de celui qui approchait grâce aux modulations particulières du cri.

 

DSCN1631 Porte de Kerkabanac 3.jpg

                                                                                  ( le même lieu Octobre 2015)

   

Cette porte a aussi donné son nom au titre initial d'un roman de Loup Durand, publié en 1982. Joël Rouch, le héros, revient dans son hameau après 7 ans d'absence avec la ferme intention de convaincre toute la population, 73 personnes, de migrer à sa suite vers les Amériques. Il faut qu'il réussisse avant le retour de son frère aîné, Elie, qui s'opposerait violemment à ce projet fou !

roman Kercabanac 2.png

Ce livre passionnant fourmille d'anecdotes sur la vie quotidienne d'un hameau de la vallée du Salat au milieu du XIX° siècle.

 

Je vous propose une version bilingue, la traduction, extrêmement fidèle, est due à Francis Treble (Anglais du côté paternel, Normand et Ariégeois du côté maternel) mon cousin germain.

 

 

 



13/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres