aujols-Laffont

Le hameau des Eychards 1

C'est, bien sûr, le plus important à mes yeux puisqu'il est le "berceau" des Laffont depuis la fin du XVII° siècle. C'est un des plus peuplés de la commune de Boussenac, il compte encore 53 habitants en 1946 et 15 maisons. Faisons d'abord une petite promenade de découverte :

Picture 084.jpg
                                                                         entrée du hameau

Picture 085.jpg

Nous flânons dans les ruelles, certains de fouler la terre de nos ancêtres (pas sur le bitume bien sûr!) et c'est émouvant. Si seulement au détour d'un chemin, ils pouvaient venir nous parler, nous raconter la vie au hameau dans les temps anciens quand il grouillait de vie (avant que la misère ne provoque une émigration massive) et nous montrer leur maison. Car l'étape suivante sera de tenter de la localiser et ce ne sera pas une mince affaire !!!

Picture 089.jpg

une ravissante fontaine (à moins qu'il ne s'agisse du lavoir)

et un paysage à couper le souffle

 Picture 109.jpg

 Nous n'avons rencontré qu'une personne dans le hameau qui nous a affirmé que tous les Laffont d'ici étaient morts, de quoi réjouir le dernier Laffont résidant aux Eychards (pas à longueur d'année mais il vient assez souvent) que j'ai rencontré en 2014 !

Au cours de cette promenade, nous voulions aussi retrouver l'emplacement de la "maison d'école" mais la même personne nous indiqua un énorme tas de pierres en nous disant que c'était tout ce qu'il en restait : la Mairie l'ayant laissé tomber en ruines puis s'écrouler. Vu la fiabilité des informations sur les Laffont, je me permets de douter de la véracité des autres renseignements...

Les recensements nominatifs du XIX° siècle n'existent plus pour la vallée de Massat et c'est bien dommage pour le généalogiste, ils ont été détruits... Ne restent que les récapitulatifs, les dénombrements de population et en 1856, au moment du "baby boom" local, Boussenac comptait 2825 habitants, mais il n'y a pas ou plus de décompte plus spécifique.

Comment imaginer ce hameau si paisible, où les résidences secondaires et les anciennes demeures transformées en grange forment actuellement l'essentiel de l'habitat, animé de cris de dizaines d'enfants, du bruit d'une forge ( Jean Galy Fals y était forgeron dès 1769, et Paul Laffont del Cardaÿre exerçait encore aux Eychards en 1885), de gens travaillant leur jardin et s'interpelant d'un hort à l'autre, de femmes et d'enfants allant chercher l'eau à la fontaine, des bêlements des ovins et des mugissements des vaches, des aboiements des patous... Tout est si silencieux maintenant.

 [Les "promeneurs" sont Francis Treble et moi, derrière l'objectif Eva, cousins germains, : tous trois arrières petits enfants de François Laffont né aux Eychards]



05/09/2015
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres