aujols-Laffont

S comme Superstitions

Après la bague miraculeuse permettant de tirer un bon numéro, voici d'autres croyances que "l'Ariégeois" ne se prive pas de publier. Même si ces articles présentent les montagnards comme arriérés et sont parfois agaçants, ils ont  le mérite de nous présenter des personnages d'importance dans la société villageoise mais aussi "secrets" que l'armière : l'endébinaïré, le devin :

 

endébinaïre 1 et 2.PNG

                                                                                                           L'Ariégeois du 21 Janvier 1860

 

                                                        

Voici une autre anecdote parue le 12 Novembre 1879 ; apparaît, ici, le ou la "breïch", le sorcier.

 

sorcier du bouillon 1.PNGsorcier du bouillon 3.PNG

 

A chaque fois, nous avons droit au couplet du "bourgeois éclairé" , qui, lui, ne se laisserait pas prendre à de telles fadaises. Je ne veux pas vous infliger une "étude de texte" comme en composent actuellement nos enfants ou petits-enfants mais le vocabulaire utilisé a le don de m'exaspérer "ridicule", "naïve" ; "ahurie", "en tremblant" !

Le professeur, pourtant si bien accueilli dans cette pauvre chaumière, récompense bien mal l'hospitalité de braves gens en communiquant son aventure en "terre arriérée", au journaliste. Ce dernier s'empresse aussi de souligner le signe de croix plus superstitieux que signe d'une foi profonde, sans doute.

 

Le même journal qui se targue d'être progressiste, attaché au progrès de la science et de l'éducation des masses, publie pourtant ce genre de publicités pour des remèdes...reconnus et vendus par des pharmaciens !

 

escargots.PNG

                                                                      (L'Ariégeois 14 Janvier 1860, mais publié fréquemment durant des années)

 

Je vous laisse seuls juges... le sirop à l'escargot ou la poudre de Perlimpimpin ?

La plupart des guérisseurs, dans toutes les régions de France, avaient des connaissances, certes, non reconnues par la science officielle mais efficaces...

Pour cicatriser ma cheville et revenir plus tôt aux cours à Nîmes en 2013, j'ai utilisé un remède transmis par ma grand-mère et suggéré par mon infirmière... ariégeoise... Un succès!!   

                                                                            

 

 

 

 



22/06/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres