aujols-Laffont

généalogie




Les prénoms régionaux

 

Pour changer des Jean et Marie regardons un peu du côté des saints régionaux ou tout au moins qui font l'objet d'un culte ou d'un pélerinage régional même s'ils ne sont pas originaire du coin !

 

Volusien, auvergnat et évêque de Tours lutte contre le « schisme » arianiste, il est devenu martyr, décapité sur les ordres du roi Alaric près de Foix où le char transportant son corps, conduit par des bœufs blancs, s'arrêta.

Il a donné son prénom à des générations de fuxéens dévôts

° prénom Voluzien pourle Père Tarascon.PNG
 (baptème le 15° Octobre 1768 de la fille de Voluzien Pujol à Tarascon sur Ariège)

 

Partons vers le Couserans pour rencontrer saint Girons dont l'hagiographie est floue. Compagnon de saint Sévère qui fut martyrisé à Toulouse, originaires de Syrie, ils prêchèrent en Gascogne. Il est possible que Girons ne survécut que 30 jours à son compagnon.

 

St Girons 1778 Girons père de Jeanne Gironne.PNG
 "L'an 1778 et le 4 Juin est né et a été baptisé Jeanne Gérone Carrère fille de Girons Carrère..."

 

On ne peut passer sous silence les saints Lizier ou Vallier même si, pour l'instant, je n'ai pas d'actes à vous proposer...

 

Peu de prénoms de filles me direz-vous ! Et pourtant Quitterie n'est-ce pas joli ? D'autant que la sainte patronne avait semble-t-il un sacré caractère Fille d'un chef Wisigoth donc Arien, elle se convertit à 13 ans à l'orthodoxie, refuse son prétendant et s'enfuit. Las ! Son père ou le fiancé l'ayant retrouvée la décapita. Son tombeau se trouverait à l'Aire dans les Landes Là où sa tête tomba une source jaillit Elle fait aussi partie des saints céphalophores. L'église de Tarascon lui est dédiée c'est donc dans cette paroisse que nous pouvons rencontrer des Quitterie

  Tarascon paroisse ste Quitterie décès Marie Quitterie 1744.PNG

"L'an 17 44 et le 22° Novembre est décédée et a été ensevelie Marie Quitterie Fauré, fille d'Antoine Fauré et de Jeanne Soulié âgée d'environ 4 mois ..."

 

Dans le pays D'Olmes, nous trouvons aussi une église vouée à Sainte Rufine et sainte Seconde ( Il faut avouer que Seconde a moins de succès...)

 

stes Rufine et seconde Lavelanet avant rénovation.PNG

Bustes récemment rénovés  

 

 Ruffine TD Lavelanet 2.PNG

 TD Lavelanet AD 09

 

J'ai fait les mêmes "chasses au prénom local" dans mes autres terrains de jeu et j'ai  trouvé des Lô dans la Manche,

Fontaine Saint Lo Courcy.PNG
 

 

des Quentin dans l'Eure et l'Aisne

 

st Quentin des Isles.PNG

 Ici à Saint Quentin des Isles 27 avec de nombreux ex-voto, prières et rubans

 

Ne serait-ce pas plus agréable de remettre à la mode des prénoms anciens (bon, je ne crois pas que Seconde fasse recette...) que d'inventer Pour mes enfants, la Bible et le Moyen Âge : Déborah, Arnaud et Alban ce qui donnait pour leurs initiales avec le patronyme de leur père une DS et deux AS...

Un prénom en vogue ces dernières années m'inquiète, c'est Timeo, en latin "j'ai peur" ! 

 

En Ariège, il existe aussi des sobriquets ou des surnoms sur les prénoms :

 

sobriquet sur les prénoms Testament A P Ségalasse 6-8-1870 photo 7479 du 11-9-2014.PNG

 "... institue pour mon héritière générale et universelle Magdeleine Pujol Ségalasse dite aussi Jeanne Marie ; ma soeur épouse de Jean-Baptiste Caujolle Bert pour elle en disposer ...." (Testament du 6 Août 1870 )

cf aussi Tante Rose et Tante Lorette

 

et des déformations dialectales : les Barthélémy sont souvent appelés Bourthoulou dans le Couserans parfois même enregistrés ainsi dans l'Etat civil


18/08/2021
1 Poster un commentaire

Le choix (?) du prénom

 

Un enfant va naître, quelle est la faculté de choix de ses parents pour son prénom : la répétition de prénoms identiques dans la même fratrie interpelle... Plusieurs impératifs : en Ariège comme en Normandie, le fils aîné porte le prénom du père ainsi j'ai une palanquée de Jean-Baptiste Lefèvre à Notre-Dame d'Epine et des Jean Laffont del Cardaÿre par dizaines en Ariège ; côté paternel, dans la Marne c'est Charles qui a toutes les faveurs et Louis du côté Hocry.

 

OK, le prénom du père à l'aïnat mais pourquoi tant de Jean dans la même fratrie ? Après comptage, chez les Laffont, 67 Jean et 38 Marie, sans compter les Pey Jean, Jean Pierre (14) ; pour les Marie, il y a aussi les Marie Anne, Marianne et Jeanne Marie (9) ; les François 22, et les Raimond 7 seulement

cf marier Jean

En Normandie, un prénom identique dans une fratrie, indique souvent la naissance d'un « enfant de remplacement », c'est à dire un enfant né après le décès d'un frère mort prématurément et auquel on attribue le même prénom ; en Ariège, les 2 ou 3 Jean sont tous bien vivants !

On les retrouve dans les testaments du patriarche qui indique mon fils deuxième parfois même troisième ! Ou dans l'acte de tutelle dans lequel 3 Jean et 2 François sont cités comme témoins.

 

Prénom du père ou du parrain ou de la marraine ? C'est aussi très fréquent qu'elles que soient les régions et comme la plupart se prénomment Jean ou Marie, ça ne simplifie pas le problème ! Heureusement, il existe des exceptions, ici, avec un prénom rare !

 Tarascon paroisse ste Quitterie un Vidal 1745.PNG

"L'an 1745 et le 28° Février est né et a été baptisé Vidal fils légitime de Baptiste Demanjou et de Jeanne Boyer, mariés parrain Vidal  Rivière  marraine Margueritte... 

 

Prénoms des aïeux, pas de solution non plus : souvent que des Jean ou Marie !!!

 

Pourtant des prénoms sont rares voire uniques dans certaines de mes lignées (Georges, Germain, Jacques ou Alexis, Louis et Léopold aussi) ; pour les filles Suzanne, Hélène , Léontine ou Octavie ! Souvent fin XIX° début XX° modernisme ?

Que peut cacher un changement de prénom dans une lignée ? Une désapprobation de la famille, une rupture avec la tradition, une volonté de s'affranchir de coutumes pesantes ?

 

Etienne Laffont del Cardayre. Sans faire de la psycho-généalogie, son prénom déjà le met en marge des Laffont : il est le seul à le porter sur trois siècles. En fait, après recherches, il porte le prénom de son grand-père maternel (Etienne Mauri Cabeilhes) Né en 1749, il perd son père bien avant sa majorité puisque nous le retrouvons sous tutelle.

 A 24 ans, il signe son contrat de mariage chez M° Géraud, notaire à Soulan avec Françoise Claustre Peyas.

  

Il semble que chez nos ancêtres, le choix du prénom ne soit pas un effet de mode (comme aujourd'hui) mais bien un impératif de coutumes familiales (père ou mère, aieux, parrains et marraines)...

Sauf dans le cas d'une grand-mère de ma branche paternelle prénommée Lodoyska sans aucune ascendance de l'Europe de l'Est Ai-je galéré avant de découvrir, par inadvertance, qu'il s'agissait du titre d'un opéra qui fit fureur au moment de sa naissance et puis ça devait faire chic et cultivé ...

 

Ainsi je porte 4 prénoms sur l'Etat civil : C,atherine, choix de mes parents mais qui s'est révélé être aussi le second prénom de mon AGM paternelle ; Geneviève, 2° prénom de ma GM maternelle ariégeoise, Renée ; prénom de ma GM paternelle et de mon oncle et parrain (sans E terminal bien sûr) A noter, dans cette branche, que ma grand-mère se prénomme Renée, Marcelle et son fils aîné René Marcel (!!)  et Marie, pour la Vierge mais aussi toutes mes aïeules ariégeoises !

 

Et parfois, on trouve un individu affublé d'une pléthore de prénoms : ici ! 7 ....

 

pléthore de prénoms.PNG

Ce n'est sans doute pas un Laffont del Cardaÿre sinon il aurait ajouté le sobriquet  quitte à vider l'encrier  !!!


12/08/2021
2 Poster un commentaire

Combien d'actes absents dans l'état civil

 

Ce ne sont pas des lacunes dues à une mauvaise conservation des registres, à des pertes ou des incendies ( la Mairie de Boussenac a brûlé mais les registres ont été sauvés...tous ? ) cf les mairies brulent aussi

 

Ici, nous parlons d'absences de déclarations volontaires ou non 

 

Comment le savoir, me direz-vous ?

Pour les naissances, il "suffit" de consulter les registres de la justice de paix 18 ou 20 ans après puisque l'acte de naissance doit être fourni lors du mariage. Les futurs ou les parents se rendent donc à la Mairie pour s'en procurer une copie...Las ! Aucun acte !

 absence acte.PNG

"a comparu Anne Laffont del Cardaÿre habitant la commune de Boussenac qui nous a dit que son acte de naissance ne se trouvait pas dans le registre de l'Etat civil de la commune de Boussenac lieu de sa naissance comme il   par le sertificat de Monsieur le Maire de cette commune en date de ce jour ...'

 

S'il faut un mariage, il est évident que nous passerons à côté des enfants morts en bas âge ou durant leur adolescence et de tous ceux qui n'auront pas convolé en justes noces donc peut-être aussi des jeunes gens qui seront entrés en religion pour lesquels l'acte de baptême doit être suffisant.

Le comptage envisagé ne sera donc pas exhaustif mais le nombre effarant de demandes d'actes de notoriété nous donne déjà des indications. De plus, ces actes sont payants et nos ancêtres ne sont pas du genre à jeter l'argent par les fenêtres !

Voici une page du répertoire de la justice de paix pour l'année 1819 

:

 recadré.PNG

 

Le 20 Janvier : 7, le 24 : 4, le 31 : 5 ; c'est à dire 16 demandes en 10 Jours !!!

 

Pourquoi tant d'oublis ou de négligence ?

Traditionnellement on va baptiser l'enfant, à pied bien sûr, la marraine le portant dans ses bras mais l'habitude de se rendre ensuite à la Mairie n'est pas encore entrée dans les mœurs.

Et puis en hiver, on veut bien risquer la mort de l'enfançon pour sauver son âme mais pas pour des papiers qui viennent d'apparaître... et semblent peu utiles dans l'immédiat.

Considérons aussi que les invités viennent de faire parfois plusieurs kilomètres pour se rendre à l'église Si à Massat, la Mairie n'est pas loin ; le cas de Boussenac est plus compliqué : l'enfant sea baptisé à Massat ou au Rieuprégon, pour la déclaration civile, il faudra retourner à Boussenac mais la commune n'a pas encore de Mairie comme l(indique la mention : "en l'absence de Maison commune"

 

Qui a les registres ? Où et chez qui faut-il se rendre ? Est-il présent ? Car les registres sont itinérants et les élus municipaux s'en chargent à tour de rôle. On doit donc souvent remettre la déclaration pour rentrer festoyer et mettre le bébé qui doit brailler de faim (et de froid) dans les bras de sa mère.

La déclaration différée passe « aux calendes grecques » à cause du travail quotidien

 

Nombre de conscrits y trouveront une aubaine, non inscrits dans les registres ils auront des chances d'échapper à l'armée ou d'avoir un répit en mentant sur leur âge...

 

Autre moyen de retrouver des actes manquants et de combler les lacunes soulignées plus tôt : les registres de catholicité car nul ne manque le baptème, assurance vers le Paradis et une sépulture chrétienne.

Nous n'y « perdrons » que les Petchets peut-être pas tous déclarés en Mairie Est-ce la raison pour laquelle je ne retrouve pas le décès de Catherine Laffont del Cardaÿre, épouse de Pierre Loubet de Paule ? Un oubli ?

 


22/07/2021
8 Poster un commentaire

Quand les terres portaient un nom

Le rapport du Pyrénéen, du basque à l'Ariégeois à la maison ancestrale (etche ou oustal) indique une notion de lignée à la base de toute relation sociale. Je suis plongée dans la lecture d'un livre dont le narrateur est espagnol originaire du Pallars et les traditions sont identiques. Il faut d'ailleurs pour comprendre la région des Pyrénées, se faire à l'idée qu'une frontière n'existe pas réellement pour les habitants. C'est une ligne imaginaire ne figurant que sur les cartes établies entre deux gouvernements Sur le terrain, les liens sont plus proches entre un Aranais et un Ariégeois qu'entre eux et les Madrilènes ou les Parisiens !

Mais si la maison occupe la place centrale, elle revêt presque le sens de famille élargie, elle a plus d'importance que l'héritier lui-même, ce qui me frappe c'est que les terres aussi portent un nom

 

test Marie Laffont del C 1811.PNG
(Testament de Marie Laffont del Cardaÿre 24-10-1879 M° Galy Gasparrou)

 « Mon patrimoine se compose d'une pièce de terre labourable, dite Lacanal, située au dit quartier du Caychounet de contenance de 21 ares, telle qu'elle est désignée au cadastre de la commune de Massat, estimée 720 fr... »

  

Marie ne lègue qu'un seul bien mais il porte un nom, de même Louis Piquemal Pastre a lègué des dizaines de terres qui, toutes, sont nommées

 

partage Louis P P astre 4-6-1887 Léon GG.PNG

 (testament partage de Louis Piquemal Pastre 4-6-1887 chez M° Galy Gasparrou)

 « 4° labourable dite Ribote del Paous, de contenance de 9 ares 65 centiares estimée 220 fr

 5° pré et pâture contigües, appelée la Tiejo del Paous, de contenance de 44 ares 46 centiares , estimée 1400 fr

 6° bois dit dessus la Carole de la Rivière, de contenance de 18 ares 78 centiares , estimée 90 fr

 7° bois dit les Timbale , de contenance de 23 ares ... »

 

 Est-ce seulement un cadastre traditionnel non écrit ? Cherchez bien, ces noms ne figurent sur aucun plan cadastral et pourtant ils ne varient pas sur plus de 200 ans dans les actes notariés même en cas de vente. La toponymie connaît les micro toponymes : lieux-dits, hameaux ou même ferme qui sont inscrits sur les cartes dites d'état major au 25,000° mais ces dénominations sont encore plus petites !

 

Est-ce l'effet de l'attachement de nos ancêtres à leur terre, leur connaissance du terroir au mètre près qui a généré ces noms perpétués par les générations successives ? En tout cas, il me semble plus difficile de vendre une maison ou une terre qui porte un nom qu'une maison ne portant qu'un numéro de rue, de même que pour un éleveur, j'imagine, qu'une bête  « baptisée » ne se vend pas ou difficilement.

Pardonnez-moi cette ethno-généalogie sentimentale et peut-être fiction car je ne sais pas si mon interprétation correspond à ce que pensaient nos Anciens...J'aimerais avoir votre ressenti et vos découvertes personnelles Merci d'avance !

 

Ce n'est qu'à la fin du XIX° que les notaires ajoutent le numéro de parcelle au nom traditionnel

 

Noms et numéros de parcelle.PNG

(partage Loubet del Roux 1-2-1884 M° Galy Gasparrou)

« 7° un bois dit coume de la Laou, de contenance de 9 ares 90 centiares , désigné au dit plan, même section sous le numéro 2198

 8° un labourable dit Matas, de contenance de 5 ares 50 centiares , désigné au dit plan, même section, sous le numéro 2233 »

 

 On le voit bien dans ces exemples, ce n'est pas la superficie de la terre qui fait qu'elle porte un nom : dans tous nos extraits, pas une terre d'un hectare... encore une preuve aussi du morcellement des biens !

 


24/06/2021
12 Poster un commentaire

Qu'est ce qu'un acte d'absence ?

Jean Bonail Callat est parti de la vallée et il n'est toujours pas rentré !

Même si nous n'avons pas la même perception du temps que celle de nos ancêtres (nous sommes dans l'immédiateté) et que les retards de retour devaient être fréquents,, là cela fait 17 ans, qu'on a pas revu Jean au village ! !

 

Contrairement aux idées reçues, nos ancêtres bougeaient beaucoup surtout en Ariège (mais aussi en Bretagne, Auvergne, Savoie, Limousin, etc) bien avant les migrations définitives de la deuxième moitié du XIX° xiècle. Nous l'avons vu, ils étaient colporteurs, segadous, bouilleurs de cru ou juste mendiants , en partant, ils soulageaient l'oustal d'une « bouche à nourrir » et espéraient ramener du numéraire en retour.

Mais tous ou presque sont illètrès et ne parlent que le patois, ils ne peuvent donc pas donner de nouvelles ; une situation quasiment impossible à imaginer pour nous ! Blessures, maladie voire décès, au pays, il est possible que personne n'en sache rien cf ils partent et ne reviennent pas

Au pays on attend et on prie mais au bout d'un certain nombre d'année, l'espoir s'émousse et il faut régler les affaires !

L'acte d'absence est donc avant tout un papier juridique mais les nuances entre absences, disparition et non présence dépassent largement ma compréhension de ces subtilités juridiques Je vous renvoie donc, plutôt que de le plagier à un article limpide de Mylène Bernardini : l'absence dans la jurisprudence 1800-1820

sur le site Persée. En voici tout de même des extraits pour vous inciter à lire l'intégralité et d'en mesurer son intérêt généalogique :

 

extrait de l'absence dance dans la jurisprudence p1.PNG
extrait de l'absence dance dans la jurisprudence p 2.PNG
 
Voilà, je pense, exprimés avec des termes plus précis que les miens les problèmes qu'engendrent l'absence. Il existe aussi une législation sur le temps d'absence de 4 à 15 ans.

 

Alors que faire pour la femme ,les frères ou le père de l'absent pour sortir de cette situation ambigue puisque l'absent n'est jamais considéré comme décédé ?

Il convient de se rendre chez le Juge de Paix du canton pour faire une déclaration voici celle qui concerne Jean :

 acye à la dzmande dupère.PNG

« L'an 1815 et le 22° jour du mois de Novembre par devant nous Jean Louis Pagès, juge de paix du canton de Massat sont comparus Bernard Loubet Carrabas, cultivateur, Jean Laffont, cultivateur, Mathieu Degeilh Auragnou, cultivateur, et Baptiste Degeilh Auragnou cultivateur dit delpinrot, habitants du dit Massat, lesquels témoins en vertu de l'article 155 du code civil nous sont produits par Baptiste Bonail Callat habitant du dit Massat à l'effet de constater l'absence de Jean Bonail Callat dit l'Espagnol. Lesquels témoins après serment fait de dire la vérité ont déclaré l'un après l'autre que le dit Jean Bonail Callat dit lespagnol est absent de la dite commune de Massat depuis dix-sept ans »

 

Ici c'est le père qui fait la déclaration en présence de 4 témoins comme pour les actes de notoriété.

Peut-être veut-il faire son testament et donc savoir s'il doit inclure Jean ou non.

Le plus souvent, ces actes sont établis par les épouses mais Jean semble célibataire.

Qu'est-il devenu ? La déclaration est faite en 1815 et Jean a dû partir vers 1788, la Révolution et les guerres de l'Empire ne sont donc pas en cause (à moins que, dans ses pérégrinations, il ne se soit fait enrôler) Je ne sais rien sur lui : à quel âge est-il parti, dans quel but, vers quelle destination ? Une enquête compliquée !

 

Ces situations qui se multiplièrent durant les guerres napoléoniennes peuvent aboutir à des cas dramatiques. Souvenez-vous, bien avant, de Martin Guerre !


24/06/2021
8 Poster un commentaire