aujols-Laffont

Chanson du prisonnier de guerre Massatois

 Publiée dans l'Avenir de l'Ariège , elle est reprise par le Bulletin de la Société Ariégeoise comme un témoin du vieux parler hybride de Massat, zone de contact et donc de métissage entre le Languedocien et le Gascon 

Pour les Massatois, je vous laisse savourer, pour les linguistes je vous laisse étudier ; pour tous les autres, vous avez la traduction...mais pas la mélodie propre à la langue d'Oc... 

Jean Marie Servat est un lettré et évoque plusieurs poèmes d'exilés célèbres à la fin de la première strophe : " Douce France" rappelle le poème de  Charles d'Orléans, prisonnier des Anglais pendant 25 ans (!!!) qui regarde vers le doux pays de France , et on pense aussi à d'autres vers de Du Bellay "quand reverrai je hélas de mon petit village fumer la cheminée"(Heureux qui comme Ulysse...) ...Ensuite, il pense à sa Douce comme Gaston de Foix dans le Se Canto 

1815 chanson du prisonnier de guerre patois de Massat 2.PNG

1815 chanson du prisonnier de guerre patois de Massat 3.PNG

 

 

 

J1815 chanson du prisonnier de guerre patois de Massat 4.PNG

 

Jean Marie Servat est revenu de son exil en Allemagne et a aussi écrit une histoire de la vallée 

Il a aussi composé "La Massadela" l'hymne à sa vallée mis en ligne par Philippe Cabau 

la Massadela.PNG

qui nous prévient aussi dans cette page :

 

citation.PNG

 

!!! Au moins nous sommes prévenus...

 

 

J'ai hésité à joindre à cet article le poème de Charles d'Orléans...mais il est tellement sublime et émouvant que je n'ai pas pu résister :

 

Charles d'Orléans En regardant....PNG

On y retrouve les mêmes accents de nostalgie et l'espoir que l'exil finisse enfin !!! 

 

Un vers d'actualité, pour conclure : "Je hais la guerre, point ne la dois priser



24/05/2022
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 216 autres membres