aujols-Laffont

Histoire


Guerre et commerce avec l'Espagne en 1808

Les « lies et passeries » sont des conventions entre vallées d'un versant à l'autre sur toute la chaîne des Pyrénées.

 

« On proclame la paix sous la garantie du serment et de la protection divine... la première mention des passeries (patzeria du mot paix) date de 1293 en Vicdessos » (in Du Carlit au Crabère, terres et hommes de frontières / Claudine Pailhès.- Conseil Général de l'Ariège ; Foix, 2000 ; p.149).

 

Le partage des estives, des eaux, l'accueil des commerçants, etc... était assuré quelque que soient les conflits entre royaumes ou comtés dont les frontières, en haute montagne étaient encore mal définies. Ce sont donc des accords entre roturiers, éleveurs ou commerçants, renouvelés chaque année à date fixe suivant les vallées ; messe, banquets et réjouissances font partie du programme de cette journée.

 

Pourtant les guerres révolutionnaires et napoléoniennes semblent avoir provoqué quelques accrocs dans ces passeries.

 

Ainsi, la guerre d'indépendance espagnole qui débuta par le soulèvement de la population madrilène le 2 Mai 1808, eut des répercussions sur le commerce transfrontalier et obligea, en Juillet, des marchands d'Aleu et de Soulan à fuir l'Espagne où ils craignaient pour leurs vies !

 

vies en danger.PNG

 

« lesquels nous déclare que le nom français étant en horreur auprès de cette nation depuis le passage de Charles IV et son fils en France ; poursuivis depuis cette époque sans azile et sans protection, les autorités et le peuple formant une horde de brigands pour massacrer tout individu français ; pour se soustraire à la rage et barbarie de cette nation, les comparants ont été contraints d'abandonner leurs marchandises ... »

 

vies en danger 2.PNG

             « … pour prendre la fuite de nuit par les montagnes et les sentiers les plus difficiles... »

 

Leur situation paraît inquiétante, certes ceux qui rendent visite au Notaire le 22 Juillet 1808 sont saufs mais totalement ruinés, sans ressources et dans l'impossibilité de régler leurs éventuels crédits.

 

Qui sont-ils ?

16 personnes sont présentes.

Nous retrouvons des patronymes fréquents dans ces deux villages : Descoins, Morère, Ferran, Carrère etc presque tous suivis de l'expression « et compagnie », ce qui semble indiquer qu'ils ont en plus des employés, des apprentis ou des associés.

 

noms des marchands comparaissant.PNG

 

Ils en appellent au sous préfet de Saint Girons qui soumet l'affaire au Préfet ; le 4 Juillet celui-ci se décharge de l'affaire « ne pouvant s'occuper de discussions mercantiles comme n'étant point dans le domaine et l'attribution de l'Administration » et conseille de détailler leurs pertes chiffrées devant Notaire en espérant être indemnisés de leurs pertes plus tard « dans un temps plus calme et plus opportun ».

 

C'est donc cette déposition que nous avons retrouvée chez Maître Joseph Caubet, notaire d'Aleu. Nous allons découvrir ainsi le type de marchandises et les lieux de commerce outre Pyrénées, le montant des sommes engagées et les lieux « sûrs » où les produits furent cachés : nous avons ainsi 13 inventaires chiffrés

 

Nom du marchand

Produits

Évaluation

Lieu de cache

Jean Pierre Descoins Roquelaure

Toilerie et étoffes en laine

2310 fr

1770 fr

860 fr

1520 fr

 

819 fr

1230 fr

total 9009 fr

Couvent de Poubles

Couvent de Mont blanc

à Calaf

à St Laurent bureau de poste

à Ribère chez le curé

en Andorre chez le percepteur de l'évêque

Pierre Rougé Pignane

2 balles de 75 kg toilerie et étoffes en laine

2000 fr

Chez M Carrère

François Morère dit Tanat

Pannes en laine, en toile, mouchoirs, toilerie et velours 75 kg

½ balle id

1100 fr

 

 

500 fr

À La Pouble de Segur

 

 

à Escalon

Pierre Ferran

Tissu, satin turc, mouchoirs

id

200 fr

 

100 fr

 

200 fr

300 fr

350 fr

 

 

À Calaf voisin du notaire

à Solsonne

à St Laurent

en Andorre

Guilhaume Morère fils

Pannes en laine, en poil, indienne, camelat, mouchoirs de Cholet et quincaillerie

+ mobilier et batterie de cuisine

2969 fr

 

 

 

600 fr

Dans sa maison et boutique

Louis Soula Gat

Toiles, mouchoirs, étoffes de laine et coton

id

toiles et mouchoirs

3568 fr

 

940 fr

578 fr total 5426 fr

À la douane

 

chez Brun

à Sort

Michel Ferran

Toile, draperie, lingerie

Total 1100 fr

Chez Autou et à Sort chez le notaire

Antoine Descoins

Draperie, lingerie, toile

ballot de mouchoirs

serviettes, fichus, mouchoirs

tissu

1000 fr

700 fr

800 fr

 

150 fr

À Solsonne

 

chez Le Sastre

 

à Puigcerda

Nicolas Galy

Quincaillerie de Thiers, Saint Etienne et Lyon

1600 fr

 

1200 fr

À Gironne chez Jazoué Sorman

à Lerida chez Joseph Fort

Louis Carrère Jutgé

Quincaillerie

893 fr

600 fr

250 fr

 

1200 fr

660 fr

À Cerbère

id chez le vitrier

à Maurèze auberge du soleil

à Lerida chez Marianne

id chez Fourre

Jean Tauragneau

Quincaillerie mêlée de Thiers, Lyon et Mas d'Azil

Total 5796 fr

À Mousou

St Martin en Aragon

à Calatayou chez François aubergiste

Laurent Morère

Toile, lingerie, draperie

id

mouchoirs, draperie

id

4384 fr

255 fr

540 fr

390 fr Total 5574 fr

En Arragon

chez Altimer avocat

chez M. Mora

chez M. Sanchez

Laurent Carrère

Quincaillerie mêlée

en provenance de Thiers, Nîmes et Mas d'Azil

1426 fr

Lérida chez Marianne aubergiste et à Cerbère chez le vitrier près de la place commune

 

 

 

Les marchands d'Aleu et de Soulan font commerce de tissu ou de quincaillerie et perdent en moyenne plus de 5000 fr chacun dans leur fuite.

 

bilan.PNG

…d'après le rapport qui précède, les comparants dans cet état de spoliation, sans fortune immobilière, n'ayant d'autres moyens de subvenir à l'entretien de leurs familles que les profits bien souvent fautifs de leurs spéculations mercantiles ; les uns poursuivis, les autres touchant au moment de l'être en paÿements des mêmes marchandises par les créanciers créditeurs ; n'ayant pu être considérés comme ennemi de la nation espagnole sans un avertissement préalable de la part de cette dernière et sans la concession d'un délai à évacuer leur territoire ; qu'un pareil attentat et contravention à tous les droits dans le domaine [du gouvernement] »

 

Les marchands demandent donc la suspension de leurs dettes à leurs fournisseurs et des indemnisations pour leurs pertes.

 

D'autres victimes font leurs déclarations du 28 Juillet au 28 Décembre 1808

 

Nom et date

Produits

Evaluation

Lieux de cache

Joseph Delort

28/7/1808

Balles de laine et toilerie

5000 fr

?

Jean Piquemal et Cie

id

Toilerie et étoffes de laine

9600 fr

?

Joseph Carrère

Bessouré

id

Quincaillerie + une caisse de peignes en corne et faulx et une mule de 4 ans

?

?

Carrère Etienne, Jean Louis et Jean Pierre frères 16/12/1808

Quincaillerie fine

4000 fr

?

Souquet Louyé Pey et Paul (frères) Jean Pierre

Piquemal 16/12/1808

Quincaillerie et mercerie

?

?

Poux François et ?

28/12/1808

Laine en suin et toilerie

?

?

 

 ; certains, comme les frères Poux commercent depuis 28 ans avec l'Espagne, les Souquet depuis 12 ans. Tous signalent des pertes importantes et soulignent la soudaineté des agressions.

En relevant les noms des principaux déclarants, nous arrivons à 27 marchands d'Aleu ou de Soulan ayant perdu leurs marchandises en Espagne.

Une catastrophe économique pour la vallée.. 

 


17/04/2018
4 Poster un commentaire

Les déshérités dans les vallées

Depuis un certain temps, je me pose la question du sort des déshérités et des déviants dans la vallée.

Quand on voit le quotidien du paysan-éleveur (majoritaire dans la population),il est difficile de vivre en moyenne montagne ; il faut être bien portant, costaud et endurant !

 

Alors, ceux qui, dès la naissance ou par accident, n'ont pas un corps « à la hauteur » de la tâche, que deviennent-ils ?

De ces handicaps ou maladies, pratiquement aucune trace dans l'état civil, dans les actes notariés, pas beaucoup d'indices non plus à moins qu'ils ne soient en filigrane. Peut-on supposer que certains apprentissages visent à pallier un handicap (cf un apprentissage retenu sur hoirie)

 

Quelles sources me restent-il ?

La série X : « assistance et prévoyance sociale » . Voici ce qu 'en dit le Guide des Archives de l'Ariège : « ces documents présentent un intérêt évident pour l'histoire sociale et pour l'histoire de la médecine... en particulier les sous séries 2X et 3X, une source incomparable pour l'appréhension des catégories sociales les plus défavorisées , par la naissance (enfants abandonnés ou orphelins), par l'infirmité ou par la faiblesse de revenu. (p 415)

La série Y aussi car les mendiants sont considérés comme délinquants, en particulier sous les deux Empires. Restent la sous série 8M sur l'hygiène publique et les professions médicales et la série HDT des archives hospitalières. D'autres renseignements sont épars, par exemple en 10 M « recensement de population avec mention des infirmes ; dans la série R, on trouve les motifs d'exemption... en feuilletant et en série T la scolarisation des enfants handicapés. Enfin en série U les « affaires concernant les aliénés ».

Cette longue liste qui, j'espère, n'a pas lassé mes lecteurs, me conforte dans l'idée que toutes les séries peuvent amener « du grain à moudre » au généalogiste !

Seulement voilà, dans toutes ces sources, les documents sont nombreux pour Foix, Pamiers et la partie occitane du département et beaucoup plus maigres (comme à l'ordinaire) pour le Couserans...

 

Les conditions de vie particulières en montagne entraînent aussi des maladies récurrentes comme le goitre et le crétinisme, dues à une carence en iode ; certaines vallées isolées en sont particulièrement affectées voici ce qu'on trouve sur Wikipédia dans l'article goitre :

carence en iode.PNG

 

Ces affections ont fait l'objet de cartes postales qui n'étaient pas faites pour vanter les "beautés" du département et que je trouve choquantes (avec mon "ressenti" du XXI° siècle...):

 

un cagot peut-être.PNG

(Légende en rouge sous la carte : mis à la porte par sa belle-mère)

 

Si l'on regarde l'arrière-plan, il pourrait être fabriquant de balais et (qui sait? ) peut-être un cagot. En tout cas, il est vraiment bien habillé pour quelqu'un qui vient d'être mis à la porte : chemise blanche, gilet, costume ; aux pieds non pas des sabots mais des souliers ou des galoches, un couvre-chef que j'ai déjà vu mais où?,(vallée de Biros?) et un joli petit chiot tout blanc (un "patou"?) dans les bras ! En plus un sourire resplendissant... Une photo "fabriquée" à laquelle est ajoutée un commentaire désobligeant ; après tout, ces paysans ne savent pas lire... on peut donc ajouter n'importe quel commentaire sans scrupule ! Procédé peu honnête, j'espère que ce jeune homme aura perçu quelques piécettes en échange d'une immortalisation si dévalorisante ! 

 

les 3 princes colibri qu'es aco.PNG

« Les trois princes Colibri. Vallée de Biros, près de Castillon en Couserans. Grande route des Pyrénées- Tramways électriques de St Girons à Sentein desservant Pontaut-d'Ayer et les eaux thermales »

 

Ici aussi, une photo "fabriquée", les trois personnes handicapées sont au premier plan et la population du village ou hameau en arrière plan comme statufiée. Que veulent montrer ces éditeurs de cartes postales? Des "phénomènes de foire"? N'oublions pas qu'à la même époque, les cirques produisaient des femmes à barbe, des jumeaux "siamois" etc...

 

Nul doute que la situation sanitaire (hygiène, habitat, couchage, chauffage et alimentation) n'est pas des meilleures mais les secours aux déshérités ne sont pas non plus à la hauteur de la misère et des catastrophes naturelles.

 

Bref, pour survivre dans ces vallées, mieux vaut avoir le jarret solide, le dos à toute épreuve et se contenter d'une nourriture frugale. La taille importe peu, l'essentiel est d'être endurant : le mountagnol n'est pas très grand, mais surtout sec et musclé (aucun problème d'obésité!), des poings et des bras costauds aussi bien pour les travaux des champs que pour les rixes de village et, au besoin, un bon bâton ferré...

 

Alors qui sont ceux dont j'aimerais connaître le sort : depuis les malingres ou chétifs, les malades incurables ( au XIX° siècle) jusqu'aux handicapés physiques et mentaux mais aussi les aliénés, etc... les déshérités sociaux : enfants abandonnés, orphelins, errants, mendiants, vieillards en hospice … ou pas, victimes de « gâtisme » (démence sénile ou Alzheimer) etc

Au fur et à mesure des découvertes aux AD, un billet vous en fera part, au moins pour le XIX° siècle.


23/04/2018
2 Poster un commentaire

Les Bureaux de Bienfaisance

La loi du 7 Frimaire an V instaure un impôt d'un décime sur les spectacles, taxe qui sera utilisée pour soulager les pauvres, elle met ainsi en avant « le droit des pauvres ». Les années suivantes, cette loi est réaffirmée ; même sous l'Empire.

 

loi 1.PNG

loi 2.PNG

loi 3.PNG

(Bulletin des loisl 1796 Gallica)

 

L'argent ainsi collecté doit fournir des subsides aux bureaux de bienfaisance que les municipalités sont invitées à mettre en œuvre pour gérer cet argent public réparti par les Préfets. Ces créations ne sont pas obligatoires, chaque municipalité est libre de créer un bureau ou pas.

Sous l'Ancien Régime, les fabriques de paroisse assuraient déjà les secours aux plus démunis de leurs fidèles.

 

Où trouver des traces de ces bureaux : dans la série X (2X16 pour Biert et Boussenac ; 2X22 pour Massat et Le Port, je n'ai rien trouvé sur Aleu et Soulan).

 

La création du bureau est soumis à la Préfecture, un conseil supervise la gestion et rend sa comptabilité tous les ans, les décisions d'attribuer ou non des aides est prise par ce bureau. Les fonds qui permettent de secourir les plus pauvres ou les habitants victimes de catastrophes naturelles, proviennent des versements de la taxe, des legs de donateurs et des terres municipales affermées.

 

En 1835, Massat répertorie les biens appartenant au bureau avec le nom des fermiers et le prix du bail :

 

liste des biens loués bureau de b Massat 1835 extrait 2X22.PNG

 (extrait de la comptabilité du bureau de Massat, 1835 2X22)

 

En 1842, le bureau établit sa comptabilité, ce qui permet de voir en quoi consistent les aides alloués aux indigents : essentiellement en nourriture et médicaments ou soins médicaux :

 

dépenses du bureau en 1842 Massat.PNG

(Dépenses du bureau de Massat 1842 2X22)

 

soit 1306 fr consacrés à la fourniture de blé, farine, pain, viande et vin (ligne2), 40 fr en médicaments et 30 fr en secours à domicile ; les frais de fonctionnements du bureau ne représentent que 325fr16.

 

En 1851, a lieu la partition de l'immense commune de Massat et la création des communes de Biert et du Port : le bureau de bienfaisance va donc devoir scinder ses biens issus de legs et ses allocations en trois et les deux nouvelles communes vont pouvoir fonder un bureau de bienfaisance.

Dans les faits, tout se passe plus lentement !! et ce n'est qu'en 1867 que le partage a lieu, c'est à dire après la grave crise de subsistance et d'épidémie (1845-1855) !

 

Comment s'organise le partage ? On se base sur le nombre d'habitants de chaque commune, c'est un renseignement important quand on sait que l'Ariège ne dispose pas de recensements avant 1906 ! Il semblerait que ce fonds ait été détruit...Alors tous les chiffres sont « bons à prendre !!!

 

population Massat Biert et le Port en 1866 lors du partage des biens du B de B.PNG

(Population des 3 nouvelles communes en 1866 2X22)

 

A partir de là, la répartition des fonds doit se calculer au prorata du nombre d'habitants et Massat garde environ 40% des biens :

 

Evaluation du partage 1866.PNG

 

 

La deuxième partie du calcul a trait à un legs de l'abbé Maurette au bureau de bienfaisance et qui a fini par entraîner bien des polémiques que nous verrons dans un prochain billet.


30/04/2018
2 Poster un commentaire

Le legs de l'Abbé Maurette

Si sa mère a dĂ» ĂŞtre fière de voir son fils ordonnĂ© prĂŞtre, ce qui, dans le microcosme social de la vallĂ©e, la plaçait dans une position enviable ; en revanche elle n'avait  pas prĂ©vu que la vocation profonde de l'abbĂ© allait lui rĂ©server de mauvaises surprises !

En effet, l'abbĂ© pratique la CharitĂ© au point de faire don de ses biens au bureau de bienfaisance de Massat dans son testament du 2 Janvier 1828. Il ajoute toutefois certaines clauses Ă  ce legs comme secourir sa mère en cas de besoin !

Le montant du don apparaĂ®t lors du partage des biens du bureau de Massat en 1867 et des communes de Biert et du Port « nouvellement Â» crĂ©es … en 1851, il est mentionnĂ© Ă  part puisqu'il ne sera partagĂ© qu'entre Massat et Biert en excluant le Port.

Et ce legs n'est pas nĂ©gligeable puisqu'il s'Ă©lève Ă  8505 fr :

 

montant du legs de l'abbé Maurette.PNG

 

« reste le produit du legs de Mr Maurette Ă  diviser par moitiĂ© entre les bureaux de Biert et de Massat, soit 4252fr 50 pour chacune, ce qui fait la part de Massat Ă  21047fr09 et celle de Biert 14434 fr50... Â»

 

Sans doute moins charitable que son fils Barthélémy, Adèle Maurette se plaint au Préfet de l'Ariège,le 30 Mai 1857 (sauf erreur, cette lettre ne semble pas exister dans la liasse) de ne pas recevoir de secours du bureau de bienfaisance comme stipulé dans le testament ...

La mĂŞme annĂ©e une nièce de l'AbbĂ© se plaint aussi au PrĂ©fet :

 

autre plainte adressée par le neveu de l'abbé 1857.PNG

 

« Par testament en date du 2 Janvier 1828, le sieur BarthĂ©lĂ©my Maurette, prĂŞtre, mon oncle, laissa tout son bien au bureau de bienfaisance de Massat et de Biert pour ĂŞtre distribuĂ© aux pauvres, en recommandant Ă  Messieurs les exĂ©cuteurs testamentaires ses parents de Biert et de Massat jusqu'au 4° degrĂ© inclusivement.

Je viens vous exposer Monsieur le PrĂ©fet, ma position, je suis mère d'une nombreuse famille, mon mari ne peut suffir par son travail Ă  notre entretien, dĂ©nuĂ©e de tout moyen d'existence, me trouvant cependant dans la catĂ©gorie des parents que le sieur Maurette, mon oncle, a recommandĂ© d'une manière formelle, malgrĂ© tous mes droits, je me suis adressĂ©e plusieurs fois aux administrateurs qui m'ont toujours renvoyĂ©s avec des promesses... Â»

 

Le PrĂ©fet demande d'autres informations au sous PrĂ©fet de Saint-Girons qui adresse cette lettre au bureau de bienfaisance de Massat :

 

contestation Adèle Maurette 1857 Massat 2.PNG

« Sous la date du 30 Mai dernier vous m'avez fait l'honneur de me transmettre, avec les pièces de l'instruction, une lettre par laquelle la Dame Adèle Maurette se plaint de n'ĂŞtre pas secourue par le bureau de bienfaisance de Massat, contrairement aux instructions de son parent M. Maurette qui a fait un legs en faveur de cet Ă©tablissement.

Il résulte des explications fournies que la réclamation de la Dame Maurette n'est pas fondée et je pense, dès lors, qu'il n'y a pas lieu de donner suite à l'affaire dont dont il s'agit.

Toutefois je verrais avec plaisir que les bureaux de Biert et du Port, qui ont participĂ© au bĂ©nĂ©fice du legs [erreur pour le Port qui n'a pas touchĂ© un centime du legs] consentissent Ă  faire quelque chose en faveur de la rĂ©clamante. Je vous prie de bien vouloir les y inviter Â»

 

Le bureau de bienfaisance s'est aisĂ©ment disculpĂ© de faillir au soutien d'Adèle Maurette :

 

secours apportés à Adèle Maurette.PNG

 

« Depuis que le bureau de bienfaisance a Ă©tĂ© autorisĂ© Ă  accepter cette donation, les parents du bienfaiteur qui sont nombreux et spĂ©cialement la Dame Adèle Maurette, n'ont cessĂ© de recevoir chaque semaine un secours en pain, d'obtenir tous les mĂ©dicaments et soins nĂ©cessaires en cas de maladie et de recevoir mĂŞme des sommes d'argent lorsqu'ils Ă©prouvaient des besoins plus pressants;c'est ainsi que l'Ă©tĂ© dernier encore, la Commission administrative a fourni Ă  la Dame Adèle Maurette, les moyens de faire reconstruire la toiture de sa maison d'habitation qui s'Ă©tait Ă©croulĂ©e... Â»

 

Tous les plaignants sont donc dĂ©boutĂ©s : le testament est inattaquable et le bureau tient des comptes prĂ©cis des secours accordĂ©s. La grande parentèle de l'abbĂ© devra s'en satisfaire et s'incliner : les biens  lĂ©guĂ©s serviront Ă  soulager tous les habitants indigents ou pauvres de Biert et de Massat...

Pourquoi la commune du Port ne profite-t-elle pas du legs ? Elle est plutĂ´t moins prospère que Massat et Biert ; l'abbĂ© l'a-t-il « oubliĂ© Â» ? Ou dĂ©cĂ©dĂ© avant la partition n'a-t-il pas imaginĂ© que Le Port deviendrait une commune Ă  part entière ? C'est le plus vraisemblable.


04/05/2018
2 Poster un commentaire

Boussenac trop pauvre...pour aider ses pauvres !

 

Pourquoi Boussenac n'a-t-elle pas de bureau de bienfaisance puisqu'elle est une commune à part entière dès la Révolution ?

Les Maires n'ont-ils pas fait les démarches nécessaires ou la solidarité palliait-elle les difficultés de chacun sans avoir recours à une structure établie ; à moins que la fabrique de l'église ne les prenne en charge. Les plus défavorisés ou les indigents de Boussenac n'avaient-ils aucun secours ? Je n'ai aucun indice, aucun document pour privilégier l'une de ces trois hypothèses...

 

D'après les archives, il semble que ce ne soit qu'en 1884, le 21 Septembre que le Conseil municipal vote la somme de 200 fr « pour la fondation d'un bureau de bienfaisance dans cette commune, afin de pouvoir recueillir les offrandes qui lui ont été offertes pour les indigents, notamment une de 500fr, et prie l'autorité supérieure d'en autoriser d'urgence la création. »

 

Mais le 20 Février 1885, la création du bureau est rejetée car il faut « la possession d'un capital en immeubles ou en espèces produisant un revenu annuel de 50fr dont serait doté le nouvel établissement :

 

1885 Boussenac  sous préf  il faut des biens immobiliers..PNG

 (2X16 AD 09)

«  Par lettre du 20 Févier 1885, j'ai eu l'honneur de vous informer qu'il ne serait donné une suite favorable à cette affaire que si la commune profiiait de la possession d 'un capital en immeubles ou en espèces produisant un revenu annuel de 50 fr dont serait doté le nouvel établissement »

 

Si je comprends bien cela signifie que la commune est trop pauvre pour aider ses pauvres !!! Elle a pourtant 700 fr, pas une fortune, certes comparé à Massat dans les années 1842 qui disposait de 44.000 fr !

 

Finalement, après une protestation de la Mairie de Massat le 28 Septembre 1888 :

 

Boussnac pas assez riche pour soutenir se pauvres.PNG

« Monsieur le Préfet, vous m'avez adressé avec un avis favorable la délibération du Conseil Municipal de Boussenac tendant à obtenir la création d'un bureau de bienfaisance dans cette commune.

Il résulte des renseignements fournis que, pour assurer la dotation de cet établissement, le Conseil Municipal a voté l'allocation d'une somme de 700 fr.

D'un autre côté, le sieur Pujol a suivant acte du 25 Septembre 1882, pris l'engagement de verser une somme de 50 fr dans les caisses du bureau de bienfaisance dès qu'il aura été créé.

Le revenu de ces libéralités qui est évalué, dans votre avis à 60 fr environ vous paraît susceptible d'assurer l'existence et le fonctionnement de l'établissement charitable. »

 

Finalement, après bien des tractations, le bureau de bienfaisance fut créé par décret du 6 Décembre 1889 :

 

Boussenac création bureau.PNG

 "d'un décret du 6 Décembre 1889 autorisant 1° la création d'un bureau de bienfaisance dans la commune de Boussenac ; 2° Le Maire de cette commune et la commission administrative de cet établissement à accepter le don manuel d'une somme de 556 fr30 fait par les héritiers du sieur Pujol, en vue de la création d'un bureau de bienfaisance. »

 

Quatre ans pour cette création ! La lenteur de nos autorités administratives ne datent pas d'aujourd'hui...

 

Mais ne trouvons aucun compte sur les aides fournies par le bureau pour cette commune dans les archives...


11/05/2018
2 Poster un commentaire