aujols-Laffont

N comme Neige

En moyenne montagne, elle fait partie du décor ! Normalement, de Décembre à Mars, elle est bien installée.

Les sports d'hiver n'existant pas, à l'époque, elle ne génère aucun revenu (nous ne sommes pas encore au temps de l'or blanc et des stations de ski) et elle n'est pas espérée, mais il faut bien l'accepter quoiqu'elle rende la vie quotidienne plus compliquée. On se prépare à son arrivée dès le Printemps... en engrangeant le foin qui nourrira les animaux à l'étable, en rentrant du bois qui alimentera le cantou ; en été, on stockera les grains puis les pommes de terre pour nourrir les humains. Parfois un cochon finira au saloir et deux jambons et quelques saucissons seront pendus aux solives, des pommes, poires, châtaignes, noix au grenier, un peu de vin ramené des vendanges en Languedoc ; voici l'oustal prêt à affronter l'hiver...

Il faudra, malgré la neige, emmener les bêtes boire au ruisseau et les femmes devront y aller chercher l'eau pour la maisonnée ; certains hameaux n'auront ni abreuvoirs ni fontaines jusqu'en 1920 !

 

C'est donc toujours une période difficile ; mais la météo peut l'aggraver et provoquer des accidents. Même si les bergers, sur les estives, sont réputés pour la sentir arriver, une neige trop précoce est redoutable !

 

neige précoce 29-9-1866 Ariégeois 2.png

(L'Ariégeois du 29 Septembre 1866)

Comme nous le voyons, les bergers les plus expérimentés avaient entamé "un mouvement de descente" mais certains ont été surpris ! Le redoux est arrivé rapidement mais cette soudaine baisse des températures aurait pu signifier la perte d'une partie du cheptel...

 

Un hiver qui se prolonge au delà du mois de Mars, là encore, les problèmes commencent : le bois de chauffage s'épuise, les réserves de nourriture aussi pour les humains comme pour les bêtes ! Les travaux des champs prennent du retard, le fumier ne peut être épandu tant que les bêtes sont à l'étable et les champs couverts de neige, les semailles sont différées : la prochaine récolte sera retardée d'autant, prolongeant la difficile "soudure". Sans compter que le Printemps, enfin arrivé, ne doit se montrer ni trop sec ni trop humide...

 

Autre danger, une neige très tardive fait des dégâts dans les cultures et les jardins potagers mais aussi dans les troupeaux qui sont à l'estive !

 

neige tardive 25-6-1856 dégats.PNG

                                                                                           (L'Ariégeois 18 Juin  !!! 1856)

 

De toute façon, la neige est redoutable : tombée en abondance, elle peut faire s'écrouler les toitures des maisons et des bordes ; elle entrave la circulation et peut surprendre au passage d'un port.

Elle ramène, près des villages, un prédateur redoutable : le loup !

Même en fondant, elle peut provoquer avalanches, éboulements et inondations...



16/06/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres