aujols-Laffont

Aujols, additif

Une recherche généalogique n'est jamais terminée, et pourtant un jour, il faut bien décider de faire le point sur les découvertes et écrire et publier sinon les résultats resteront à l'état de notes éparses ou de photos numériques non exploitées.

Mais c'est un problème que de publier en sachant bien que toutes les sources n'ont pas été dépouillées et donc de risquer l'erreur...

 

Je vous avais avoué avoir choisi le nom du blog « à l'oreille » tout en sachant qu'aujols était plutôt gascon que languedocien ; or, cet hiver, j'ai dépouillé le fonds Vézian, en ligne sur les AD 09.

J'y ai découvert une note qui me conforte dans mon choix « affectif », elle est consacrée aux dénominations des liens de parenté :

 

aujols.PNG

"Termes de parenté : pai ; père ; mai : mère ; pour grand-père on disait autrefois pai bielho et pour grand-mère mai bielho , les gens de la génération  de JBR (nés en 1887) disaient papi,  ménino... aujourd'hui les enfants disent  pépé, mémé ; pour parâtre, marâtre, on disait parastro, marastro , mais aujourd'hui on dit surtout ouncle , tanto comme pour oncle et grand-oncle. Aujol, aujols , bisaïeul , bisaïeule, ...."

 

A la ligne 5, vous lisez bien, comme moi, « aujol, aujols bisaïeul, bisaïeule » ; or mon dernier ancêtre « purement » Ariégeois est bien mon bisaïeul ! François Laffont del Cardaÿre !

Bon, me voilà rassurée, mais qui est donc ce Monsieur Vézian à qui je me réfère pour faire foi ?

 

Joseph Vézian est né à Castelnaudary le 20 Avril 1886, sa passion première est l'entomologie mais en 1908, sur la propriété des Vézian, le docteur Jeannel découvre des œuvres pariétales dans la grotte du Portel ! A cette occasion, Joseph rencontre les plus grands préhistoriens de l'époque, délaissant alors ses insectes, il va se passionner pour la préhistoire et l'ethnographie (on disait plutôt folklorisme à l'époque). Il a 22ans et consigne tout dans ses carnets depuis les marques de troupeaux jusqu'aux superstitions en passant par les légendes et les croyances.

 Il décède à Loubens le 9 Décembre 1958 après plus de 50 ans de quête, inutile de vous préciser que ses écrits sont incontournables pour tenter de découvrir les croyances de nos ancêtres !

 

Ses notes manuscrites étant fragiles et donc vulnérables à des manipulations répétées étaient soumises à une autorisation spéciale pour leur consultation en salle de lecture, Madame Pailhès, alors, Conservatrice des AD 09, a eu l'idée géniale de les mettre en ligne.

 

Pour ceux qui préfèrent le papier, il existe aussi une publication des carnets de Joseph Vézian présentés par Olivier de Marliave qui nourrit, lui aussi, ma soif de lecture!

 

carnets ariégeois.PNG

 

Alors pour ceux et celles qui ont des ancêtres Ariégeois mais pas seulement car ses recherches couvrent une bonne partie des Pyrénées, l'Aude et l'Andorre, consultez ce fonds sans modération !!!

 

 

 

 



28/12/2018
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 75 autres membres