aujols-Laffont

Obsèques

Voyons les désirs de nos ancêtres en matière d'inhumation : messes, sonneries de cloches et lieu de sépulture tels qu'ils sont exprimés dans leurs testaments. Ces dispositions viennent après la « présentation du testateur » et avant que ne soient détaillés les legs et nommé l'héritier universel.

 

obsèques 1.PNG

 

« Premièrement comme un bon chrétien et catholique, il a fait le signe de la Sainte Croix, en disant in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti Amen, recommandé son âme à Dieu, le Père tout puissant , à la bienheureuse vierge marie et à tous les saints et saintes du paradis ; priant d'un très profond respect la Divine bonté que, quand il luy plaira l'apeller de ce monde en l'autre qu'elle veuille placer son âme parmi celles des bienheureux veut et ordonne le testateur que son corps soit porté à l'église dudit Massat, saditte paroisse ou étant que par messieurs les curés et chanoines de laditte église il luy soit dit et chantés les obsèques et autres prières en tel cas requises avec trois messes hautes de Requiem, ensuite veut être inhumé et ensevely au cimetière de laditte église, et a la sépulture de ses encestres, et qu'il soit payé auxdits sieurs prêtres leur droit de retribution accoutumé au moyen de ses biens par ses héritiers bas nommés... » (Testament de Pey Jean Laffont del Cardaÿre le 8 Avril 1749 devant M°Galin)

 

Un classique du genre comportant la prière initiale, la recommandation de l'âme et l'acceptation de la mort ; vient ensuite le souci du corps et du lieu de sa sépulture et enfin la rémunération des prêtres.

Cette formulation ne variera guère jusqu'au milieu du XIX° siècle, même si la partie prière se raccourcit.

Seuls certains testaments se distinguent par une formulation très brève et l'absence de demande de messes : ceux des Petchets ! De même, il n'est pas fait mention du lieu de sépulture. Voici un exemple sur lequel on ne peut avoir aucun doute puisqu'il s'agit de Pierre Loubet de Paule, diacre de la Petite Eglise :

 

obsèques 2.PNG

 

« Je recommande mon âme à Dieu : je lègue et laisse la jouissance, à titre d'usufruit à Catherine Laffont - Cardairé, mon épouse, cultivatrice demeurant avec [moi]... » (Testament du 6 Juillet 1836 devant M° Galy Gasparrou)

 

On peut difficilement être plus bref ...les Petchets ne reconnaissant pas la légitimité des prêtres concordataires ne peuvent envisager une sépulture à l'église de Massat et demander des messes ! Il est vraisemblable que des cérémonies et prières seront organisées par les adeptes mais nous n'en avons pas trace. Où se trouve la sépulture de Pierre Loubet ? Sur le Ker de Massat ? Dans le cimetière des Puristes au Port ? Et celle de Catherine ?



12/01/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres