aujols-Laffont

A comme Arpenteur


Nous l'appelons désormais géomètre, et son rôle est le même que dans l 'ancien temps sauf qu'il dispose de matériel sophistiqué pour accomplir sa tâche ; reste une des ses tâches qui n'a pas varié, celle de la négociation ; pas une des moindres en Ariège !!!

 

Il intervient pour délimiter la propriété de chacun lors des partages (assez rares), des litiges de voisinage, droits de passage (beaucoup plus fréquents) etc... et il est sensé résoudre les querelles !

Un métier difficile en Couserans, où le moindre lopin de terre est défendu et contesté et peut induire des fâcheries ou pire des violences entre les antagonistes, nombre d'actes notariés en témoignent

 

Au vu des litiges avec les nobles et au vu du morcellement invraisemblable des propriétés paysannes, sa tâche devait être bien compliquée voire risquée !

 

Mais il a un savoir qui surpasse celui du lettré : l'arpentage !! La mesure sur le sol de la rectitude de la propriété et il peut détecter les fraudeurs ayant déplacé les bornes, gratté un petit sillon chez le voisin...

En général, tous s'inclinent devant cette science inconnue.

Mais d'où tient-il son autorité ? Comment devient-on arpenteur sous l'Ancien Régime ?

Certes, on prête serment (c'est ce qu'on appelle « un métier juré » et cela implique des droits mais surtout des devoirs et des responsabilités) mais même involontairement, on peut léser l'un ou l'autre par manque de capacités ou à cause d'outils rudimentaires :

juste la chaîne d'arpenteur!

 

chaine d'arpenteur.PNG

 

L'art de l'arpentage fait l'objet d'un enseignement à l'école primaire, alliée à la géométrie et au théorème de Pythagore mais enseigné par le concret comme évaluer la surface de la cour de récréation.(réaffirmé par les instructions de 1881)

Parfois, l'arpenteur  accompagne l'inspecteur primaire dans ses visites des écoles  

 

L'Ariégeois 1-6-1847.PNG

 (L'Ariégeois  du 1° Juin 1847)

 

L'Ariégeois 1-6-1847 2PNG.PNG

 

On devine, en filigrane qu'il a pu vanter la profession d'arpenteur, grâce à la présence de l'expert ! "places lucratives"

 

Ma Marraine, ma grand-tante et ma grand-mère, toutes institutrices voire directrices d'écoles, s'ingéniaient à inventer des exercices pratiques destinés à faire acquérir les notions abstraites des mathématiques ou de la biologie à leurs élèves.

J'en ai profité parfois quand j'allais chez Marraine : pour la « leçon de choses » au lieu d'amener une pomme ou pigne de pin en classe, on allait en forêt !!! On ramassait tout ce qui nous intriguait : cailloux, plantes, bourgeons, champignons, on s'attardait sur des empreintes d'animaux, parfois même des fientes... On ramenait notre collecte en classe et là, la leçon était bien reçue et mémorisée ! Elle connaissait tout, Marraine !!!

Elle employait aussi la fameuse chaîne...C'est dans son école que je l'ai découverte, en ville, où je vivais on l'appelait décamètre 

 

chaine d'arpenteur 3.PNG

 

mais Marraine savait aussi faire « filer » le fromage des nouilles jusqu'à l'extérieur de la maison d'école. Beaucoup d'enfants n'avaient presque rien à manger le midi et la Maîtresse, Directrice devenait cantinière : des nouilles au fromage ou des patates ; certes pas un festin mais ça « remplit » son marmot. Bien nourris, elle avait toujours les premiers de canton au certif  car en mangeant ou en allant en forêt, on révisait les conjugaisons ou les tables de multiplication sous forme de jeu!

Une « hussarde » de la République et un génie de la pédagogie...

 

 





08/12/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 122 autres membres