aujols-Laffont

La "gazaille" ou bail à cheptel

Ce bail consiste à confier des bêtes à un habitant des montagnes pour les monter à l'estive ou plus longtemps si le berger pratique une transhumance d'hiver vers le bas pays au climat moins rude.

Un brassier même s'il n'a pas de terres (ou peu) bénéficie d'un droit au pacage, il peut avoir une vache et quelques brebis mais son droit lui permet d'en faire pâturer plus : il les prend donc en « gazaille » d'un propriétaire, de la plaine, souvent.

En quoi consiste le contrat, passé devant Notaire ? En fait, c'est un pari sur sa compétence de berger mais aussi sur les conditions climatiques... Si tout se passe bien, il partage les bénéfices avec le bailleur mais en cas de perte il est responsable !!! et cela peut vite tourner à la catastrophe pour toute la famille !

  

En cas de catastrophe naturelle ou non …une vie peut basculer : un roman "Un brin d'espérance » de GP Gleize s'en fait l'écho :

un brin d'espérance.PNG

 

«  bête perdue , bête à payer», il connaissait la règle, la perte, même si elle faisait partie des risques du contrat de locaterie était sèche et à sa charge. Il devait rembourser » (p 35)

  

Voyons comment se passe un bail de « gazaille » : voici un contrat passé devant M° Ferron (je l'ai choisi à cause de la belle graphie mais il y en a pléthore dans les registres notariés !)

Les contractants :

 

comparants.PNG

" a comparu  Thomas Piquemal Lagoueillat, propriétaire demeurant au village de Pissou, en la commune de Boussenac.

Lequel par le présent donne à titre de cheptel simple et à moitié pertes et profits à Marie Auriac Coupet, veuve de Jean Benazet Pissou et ménagère demeurant au village du Foulgarol en Boussenac, ici présente et acceptant..."

 

La description minutieuse des bêtes confiées (dans certains actes, on décrit le pelage des bêtes et leurs singularités  comme des poils en étoile sur le front, des taches...pour éviter toute substitution), leur évaluation et les conditions d'accord gains ou pertes :

 

cheptel et conditions.PNG

 " deux vaches dont l'une âgée de trois ans et l'autre de deux ans amiablement estimées ensemble au prix capital de cent quatre vingt deux francs cinquante centimes.

Ladite veuve Benazet reconnait que le dit bétail lui a été livré et est en sa possession ; les croîts et profits seront partagés par moitié entre elle et le bailleur ; elle promet de bien soigner nourrir et entretenir sans jamais pouvoir le vendre ou échanger que du consentement du bailleur..."

 

Comme tout contrat, la gazaille peut être résiliée soit pour vente des bêtes soit parce que le propriétaire a acheté des terrains pour faire pâturer ses bêtes à domicile. Ici, c'est mon AAGP qui résilie le contrat avec son beau-frère.

 

résiliation Mathieu L.PNG

" Le sieur François Loubet des Bayle , fils de feu Jean, propriétaire demeurant au quartier du Col del Four, commune de Boussenac d'une part ;

et le sieur Mathieu Laffont, cantonnier demeurant à Riverenert d'autre part ;

Lesquels déclarent résilier, canceller et annuler dans tout son contenu le cheptel résultant d'un acte passé entre eux à notre rapport à la date du 27 Décembre 1867 enregistré, ils déclarent s'être fait et mutuellement rendu compte du capital , intérêts, croîts et profits  et de tout l'ensemble du cheptel et n'avoir aucune réclamation à se faire à raison de ce cheptel..." 15 Avril 1877

 

C'est donc un contrat très fréquent chez les Notaires, dangereux certes, mais une vie d'éleveur soumise au climat, aux épizooties, aux accidents dus aux prédateurs... peut-elle être "un long fleuve tranquille"?

Non, pas même de nos jours : 

 décrochage brebis Couserans LaDépèchz 20-9-2019.PNG

 (La Dépèche du 20/9/2019) !!!

 

Environ un mois auparavant, 250 brebis "décrochaient" sur les estives d'Aston....

 



27/10/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres