aujols-Laffont

Une vallée isolée et peu de dispenses de consanguinité

 

Certes, la vallée est très peuplée dans la première moitié du XIX° siècle, surpeuplée même ; et à la moindre mauvaise récolte, c'est la disette voire la famine cf maladie de la pomme de terre . Mais les échanges matrimoniaux sont rares entre vallées à cause des routes dans un état désastreux et des cols à franchir surtout en hiver, saison des veillées propices pour fréquenter car les gros travaux sont finis Or, pour courtiser à Saurat ou pire Vicdessos il faut franchir le col de Port (des courageux le font cf Dit Gascou) pour la vallée d'Oust, il y a le Saraillé, pour Castellenau Durban, la Crouzette ou le Caougnous (de mauvaise réputation, des hadas y séjournent !) et le mur de Péguère. Il faut de solides marcheurs et nos ancêtres le sont mais la « balade » représente plusieurs heures de marche !

 Par ailleurs, nous avons vu que les mariages ne sont pas toujours le résultat de « coups de foudre » ; ceux-ci parfois donnent lieu à des refus parentaux cf Les actes respectueux (souvent refusées?) . Ajoutez à cela le droit d'aînesse absolu en Couserans, difficile pour les cadets de se marier d'ailleurs beaucoup restent célibataires dans l'oustal ancestral où ils ont le « droit de chaise » mais à quel prix ou déc!dent de migrer. Les mariages sont donc arrangés et la meilleure preuve en est les mariages croisés permettant à chaque famille d'économiser une dot ! cf mariage croisé, mariage révê

 

Mais tous les mariages ne sont pas réglementés par la tradition et les désirs des Anciens ; alors j'ai pensé à regarder non le patronyme de l'épouse mais son sobriquet qui est très souvent un nom de hameau En effet, j'ai beaucoup de grand-mères Piquemal mais jamais avec le même sobriquet (Falat,, Barou, Bel...) J'ai trouvé aussi un seul mariage entre Laffont del Cardaÿre et au XIX° siècle c'est à dire 2 siècles après le décès des trois frères Laffont autour de 1750, après vérification les époux n'étaient même pas descendants du même frère !!!

Il doit donc exister des mariages préférentiels et des hameaux "interdits" ou déconseillés par les parents pour y aller courtiser.

Attention ce n'est qu'une hypothèse difficile à prouver ! Je vois cela comme un conseil (plus ou moins appuyé) aux jeunes de ne pas courtiser dans certains hameaux dans lesquels ils risquent d'avoir majorité de cousines Par exemple le hameau de Falat n'apparait qu'une fois dans ma branche, de même que les Barous et les Auriac Coupet Là c'est plus compliqué car les Auriac Coupet sont des Auriac Barlique ayant changé de sobriquet, comme les Laffont Belet et les Laffont Parat qui sont, à l'origine, des Laffont del Cardaÿre cf changement de sobriquet

 

Le mariage est donc un casse-tête pour nos ancêtres car il met en jeu des intérêts religieux et surtout économiques, la préservation du sacro saint oustal et le coût d'une dispense

 

Pardonnez moi ce billet qui n'intéressera que les généalogistes « accros » mais j'espère des témoignages de certains membres -ou non du blog qui soutiennent ou surtout réfutent mon hypothèse d'un genre de « turn over » dans la recherche d'une promise …

 

Pourtant il doit bien y avoir des dispenses même rares car le cœur a ses raisons que la raison ignore !

Voici un exemple de dispense mais carrément "en cour de Rome" !

 

dispense en cour de Romz.PNG

 "L'an 1767 et le 26 Septembre Louis Subra de Buissos fils de feu Jeannet et de Jeanne Benazet Lacarre  a épousé Jeanne Cabau fidelle fille de Pey et de Marie Cabau, après avoir obtenu  dispense en cour de Rome de l'empêchement de consanguinité qui se trouvait entre eux du 3° au 4° degré, par bulle du 13 Juillet dernier celle dûment entérinée et fulminée par M l'official du Couserans par ordonnance du 24 courant  et toutes autres formalités dûment observées , présents à la bénédiction nuptiale Joseph Cot et Dominique Maury qui ont signé, Jean et Pierre Subra de Buissos qui n'ont signé non plus que les époux" ... Les parents ne sont pas cités ! Sont-ils présents ?

 

 J'ai trouvé dans la généalogie d'un ami, un père qui n'avait pas hésité à faire mettre en geôle son fils pour l'empêcher de se marier !!! On ne plaisante pas avec l'autorité parentale !

 

Pour le généalogiste, ces dispenses sont toujours une aubaine car elles retracent l'ascendance des deux époux jusqu'à leur point de convergence. J'en ai trouvé des palanquées dans la Manche (elles sont tellement fréquentes que les AD les ont mises en ligne) C'est un pays de bocage où les mariages entre cousins étaient une manière de rassembler les terres morcelées par les partages..."les terres se bordent" pourquoi ne pas unir les jeunes ! 

 

 



05/10/2021
6 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 176 autres membres