aujols-Laffont

F comme Forces de l'ordre

Que ce soit la gendarmerie ou l'armée, elles ne sont jamais bien accueillies  ! Elles sont souvent requises pour donner la chasse aux réfractaires et déserteurs! Inutile de vous préciser que la fierté et l'esprit non pas belliqueux mais, comme on dit « la tête prêt du bonnet », ou de la liadoure des Massadels se déchaîne, car tout le voisinage se mobilise pour résister à cette invasion et les femmes ne sont pas en reste ! Le 7 Mai 1836, les gendarmes font face à une rébellion dans un hameau de Massat, Voici les faits relatés dans le rapport de gendarmerie :

 

rapport de gendarmerie 1.PNG

« ...et de les attendre à un cart dheures du village sur la route afin d'arrêter des déserteurs qui peut aitre viendrait de la forêt chargé de bois ou qui peutaitre ce trouveraient dans le village à l'effet de les arrêter ; Galy Canivet et ? Étant par devant au hameau des Bordes village d'Echarbouls commune de Massat étant arrivés devant le domicile du nommé Galy Jean Balloué dit Servat cultivateur habitant du même lieu à notre approche nous avons aperçut le nommé Galy Bernard fils dudit Galy déserteur du 18° Régiment d'infanterie légère qui sortait d'une grange attenante à la dite maison à notre aperçut il prit la fuite nous nous sommes mis à sa poursuite étant parvenu à son arrestation avons dirigé nos pas vers l'autre qui était embusqué étant arrivés au lieu appelé la Rive del Séré c'est présenté à nous sur le haut d'un précipice à une distance d'environ 25 mètres : un attroupement d'environ 100 personnes de tout sexe hommes femmes et enfants dont une partie se tenaient cachés derrière une muraille et les autres embusqués derrière des roches, au même instant au même instant c'est détaché de cette groupe deux individus qui nous ont crié à haute voix de lâcher le dit déserteur ou que notre vie en dépandait malgré ses semonces nous continuons notre route dans le même moment nous avons été assaillis par une grêle de pierres... »

 

rapport de gendarmerie 2.PNG

«  que cette bande jetait sur nous ledit Galy brigadier reçut un coup de pierre sur la hanche droite et comme il poussait le déserteur pour le faire avancer disant aux deux gendarmes avançons sortons du péril, cette grêle de pierres continuant toujours sur nous et les cris continuant lachez le déserteur autrement vous êtes perdus, à l'instant le déserteur fut atteint d'un coup de pierre sur la tête jetée par un assaillant qui le ? à nos pieds et de suite fut couvert de sang sans rien dire, le croyant mort sur le coup nous ayant été impossible de le traîner et même de faire usage de nos armes avons été forcés à prendre la fuite vers l'autre détachement, parmi cet attroupement nous avons reconnu

 

rapport de gendarmerie 3.PNG

 

« les nommés Massat François Cagnoutet fis de Pierre, jeune soldat de la classe 1834, Piquemal Marie Lagorre épouse dudit Massat Cagnoutet, Loubet Marie Carrabas épouse dudit Galy Jean Balloué, Piquemal Raymond , Massat Jean del gueillé, fils à feu Pey et Bonneilh

 

rapport de gendarmerie 4.PNG

« Gabriele Chiquet épouse de Bonneil Pierre dit l'Auraillé, tous les individus dénommés ci dessus cultivateurs habitants du village d'Echarbouls commune de Massat. Chemin faisant nous avons rencontré l'autre détachement qui venait à notre secours qui avait aperçu l'attroupement et craignait que quelque malheur ne nous fut arrivé, après que nous ayons été réunis et nous ayant fait le récit de cet événement nous sommes de suite revenus à l'endroit où la scène avait eu lieu et nous n'avons trouvé personne, l'attroupement avait disparu, le déserteur blessé avait été enlevé, ayant fait divers perquisitions dans le dit village il nous a été impossible de découvrir le lieu où ledit blessé avait été déposé. Nous nous sommes retirés à notre résidence... »

 

Jets de pierre, coups de bâton ferré ; la mêlée devient générale mais heureusement la maréchaussée ne fait pas usage des fusils !!!

 

Autre épisode très tendu, la guerre des Demoiselles (cf D comme Demoiselles Challenge2015) Là encore beaucoup de retenue des deux côtés car cette jacquerie aurait pu se terminer par des pertes humaines bien plus conséquentes : une perte de chaque côté dans la vallée, je sais, c'est deux de trop mais vu l'ampleur du problème, le bilan aurait pu être plus grave... Le Massadel  n'est pas un assassin, une bonne rossée à coups de bâton ferré lui suffit pour se faire respecter et il garde toujours cette faculté à disparaître promptement, une tactique de guérilla bien connue dans les Jacqueries :

 

La résistance aux collecteurs d'impôts est aussi générale dans les vallées, mais là encore, ces "gêneurs" ne risquent qu'une rossée ou un bon bain dans le torrent. Certes, pour eux, ce n'est pas agréable et peut être douloureux mais il n'y a pas péril de mort. Pourtant, certains collecteurs seront accompagnés par les forces de l'ordre pour accomplir leur triste tâche :

 

agents près percepteurs Ariégeois 21-10-1848.PNG

 (L'Ariégeois du 21-10-1848)

 

Une année qui n'est pas anodine, c'est après la chute de de la Monarchie de Juillet et l'instauration de l'éphémère II° République



08/12/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres