aujols-Laffont

R comme Risques et rixes au col de Port

 

 

Ete 2015.PNG

 

 

Il ne culmine qu'à 1249 mètres et la route est aisément praticable à pied, à cheval ou avec des mulets, voire en carriole, au XIX° siècle. C'était même un lieu de pique-nique champêtre et de sorties en famille.

 

CPA col de Port.PNG
 

 Et pourtant, il fut le théâtre de drames ou d'accidents dus, surtout, aux conditions climatiques extrêmes et subites que même les autochtones ne pouvaient prévoir et qui ne se produisaient pas forcément durant la mauvaise saison. Ainsi en 1854, deux accidents sont relatés dans la presse : l'un fin Avril, suite à des « chutes de neige abondantes »

 

6-5-1854.PNG
 
  (L'Ariégeois du 6 Mai 1854)

 

L'autre en Décembre, toujours au retour d'une foire aux porcs :

 

Col de Port 23-12-1854 neige 1.PNG

 Col de Port 23-12-1854 neige 2.PNG

                                                                            (L'Ariégeois du 23-12-1854)

 

Il n'y a pas eu mort d'homme mais pour ces paysans pauvres, quelle perte !

Bien sûr, ils ont la vie sauve, ce qui n'est pas toujours le cas...

Nous avons vu que les mendiants ne sont pas en sécurité tant qu'ils ne sont pas de retour à l'oustal et ce fut le cas pour cette femme dont le journal ne cite pas le nom :

 

+ 9-5-1857 col de port.PNG

                                                                                           (L'Ariégeois du 9-5-1857)

 

En Mai 1879, nouvel épisode de neige, lors d'un retour de foire mais là, ce sont 300 personnes, et leur troupeau, qui se trouvent piégés par ces intempéries brutales. Sauvés par des cantonniers, ils permettent de mettre ces obscurs ouvriers sur le devant de la scène et c'est justice car ce métier des humbles n'était pas une sinécure en Couserans !

 

temps affreux 1.PNG

temps affreux 2.PNG

temps affreux 3.PNG
 (L'Ariégeois du  9-5-1879)

 

Remarquons tout de même que nos ancêtres, habitués de la montagne, n'étaient guère prudents : ils se mirent en chemin « par un temps affreux » et 50 autres le lendemain ! Ne pouvaient-ils pas différer leur retour, en Mai la neige ne tient pas ? Le hameau de Nize semble être le refuge familier à chaque tourmente...

 

Nous reviendrons sur les cantonniers, leur recrutement, leur mission puisque que ce fut le métier de mon trisaïeul et un premier échelon pour sortir de la condition de paysan éleveur.

 

Décidément, le Printemps peut être bien meurtrier, mais l'été devrait être plus tranquille sur le col … Pas si sûr ! Les lieux d'estive sont mal définis entre la vallée de Saurat et celle de Massat, chacun accusant l'autre de voler « son » herbe, des rixes se produisent ; si le bâton ferré peut briser des os, la hache fait des blessures plus graves !

 

rixe.PNG

                                                                                              (L'Ariégeois du 9 Juillet 1864)

 

Rassurez-vous, l'ambiance est bien plus calme de nos jours, mais il est possible de rencontrer quelques vaches et leur progéniture sur la route... roulez doucement !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



21/06/2017
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres