aujols-Laffont

Un mariage bien compliqué !

Se marier, dans la vallée de Massat, n'est pas une mince affaire ! Comme dans toutes les régions de France, l'Eglise impose ses règles pour éviter la consanguinité ; mais ici, le problème se complique à cause des règles successorales : un aïnat ne peut épouser une aînée, ce serait exposer deux oustals à un conflit d'intérêt, deux cadets n'ayant par définition aucun bien ne peuvent s'établir et donc se marier. Ajoutons à cela, les inimitiés séculaires entre familles et le choix d'un conjoint devient complexe ! De toute façon, ce choix ne semble pas incomber aux jeunes gens mais aux "anciens" ; autrement dit, la plupart des mariages sont "arrangés". Si les futurs se plaisent, tant mieux, sinon ils apprendront à s'aimer ou à se supporter... toute une vie ! Mais certains résistent, que se passe-t-il  dans ce cas ?

 

On trouve rarement des traces de ses conflits familiaux dans l'Etat civil qui n'enregistre que l'acte de mariage et l'acte de divorce (très rare dans la vallée) ; voilà pourquoi je voulais vous présenter le cas de Jean Galy Jau et de Catherine Dandieu Ratou.

Le 20 Fructidor an VIII, tous deux se présentent à la Maison Commune "pour contracter mariage"

 

:1° X extrait.PNG
  (vue 180)

Mais un événement a perturbé la cérémonie et le mariage est rayé et annulé, que s'est-il passé ? Qui a refusé de prononcer le oui fatidique ? Un seul ou les deux futurs ? Aucune explication n'est donnée dans le registre.

Pourtant, le 30 Fructidor, le mariage des mêmes futurs est bel et bien inscrit. Les pressions ont dû être intenses de la part des deux familles. L'époux est orphelin de père et l'épouse a perdu ses deux ascendants directs, je ne saurais dire si cela a pu avoir une influence puisqu'ils sont tous deux majeurs.

 

2°X extrait.PNG

(vue 186)

Cette fois, ils sont "unis par le mariage" !

Alors si nous étions dans un conte de fées, on pourrait conclure qu'ils apprirent à s'aimer et eurent beaucoup d'enfants ; mais, ici, nous sommes dans la vraie vie et le seul verbe qui n'accepte pas l'impératif est bien le verbe "aimer" !

Ils divorcèrent le 17 Pluviôse an X ; voici la transcription de l'acte :

"Acte de divorce de Jean Galy Jau âgé de 38 ans, né à Massat , département de l'Ariège, le 14 Octobre 1763, laboureur demeurant à la commune de Massat et de Catherine Dandieu Ratou âgée de 26 ans, née à Massat le 1° Février 1775, majeure demeurant à Massat. 

Lecture faite de l'acte de notoriété publique dressé par le Juge de Paix du canton de Massat en date du 14 du courant dûment enregistré aussi le 17 du courant ...qui prouve que les deux requérants n'ont jamais pu être conciliés et qu'ils n'ont point cohabité ensemble depuis le 30 Fructidor an VIII, époque de leur mariage et que cette preuve a été faite par six témoins, parents et amis des parties assemblés devant ledit Juge de Paix ; lesdits Jean Galy Jau et Catherine Dandieu Ratou ont tous deux demandé à haute voix la dissolution de leur mariage en présence des témoins Jean Dandieu Ratou dit le cadet âgé de 40 ans, Bernard Teichené Cambon âgé de 60 ans, Jean Servat Palmoulat âgé de 26 ans et François Mirouze Langelie âgé de 24 ans, laboureurs demeurant à Massat ...après quoi, moi, Bernard Degeilh adjoint à la Mairie de Massat faisant en l'absence du Maire les fonctions d'officier de l'Etat civil ai prononcé qu'au nom de la loi le mariage de Jean Galy Jau et Catherine Dandieu Ratou est dissous et j'ai signé ...' (vue 300)

 

Suit un autre acte de divorce dressé le même jour et dissolvant l'union d'Arnaud Galy Jouannetou et Françoise Loubet Malat qui s'était mariés le 20 Nivôse an VII, la procédure est identique et les mêmes témoins attestent qu'ils n'ont point cohabité.

Nous sommes sous la Révolution et la loi du 20 Septembre 1792 autorisant le divorce par consentement mutuel, permit peut-être à ces deux couples d'envisager une union mieux assortie ! 

 

Nous verrons dans de prochains articles qu'au XIX°, d'autres stratégies seront mises au point pour résister aux mariages "arrangés" mais en amont alors puisque le divorce n'est plus possible entre le 8 Mai 1816 et le 24 Juillet 1884.

 

 



07/03/2016
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 44 autres membres