aujols-Laffont

I comme Imprimeur

 

J'illustre souvent mes billets avec des cartes postales anciennes de ma collection ; en fait, merci à mes grands-mères qui les avaient conservées, j'en possède donc plusieurs centaines de toutes les régions et je me suis demandée où et par qui avaient été éditées celles de l'Ariège...

Certes, il n'y a pas d'imprimeur dans la vallée mais à Saint-Girons y en a-t-il ? d'autant que l'industrie du papier y est florissante au XIX° siècle.

 

L'imprimerie se développe plus tardivement dans le Sud de la France que dans le Nord, il faut reconnaître que les pays d'Oïl lisent et écrivent plus tôt que les pays d'Oc, les débouchés étant meilleurs, les imprimeries fleurissent.

 

En Ariège, Pamiers semble le « berceau » des premières imprimeries selon l'expression de Laffont de Sentenac dans « Origines de l'imprimerie dans le Comté de Foix », Foix arrive en second et Saint-Girons bon dernier

 

 imprimerie St Girons.PNG

 

 Soumise à un règlement de 123 articles, la presse , les imprimeries et les librairies ne sont pas libres sous l'Ancien Régime.

Même si la Révolution la libère, ce ne sera que pour peu de temps, dès 1810 un décret limite le nombre des imprimeries et librairies et soumet leur ouverture à l'obtention d'un brevet (une manière de contrôler leurs opinions).

Il faut attendre le décret du 10 Septembre 1870 pour que l'imprimerie retrouve un semblant de liberté (sauf en période de guerre où la censure intervient !), à partir de cette date, les imprimeries vont se multiplier mais surtout après les lois Ferry qui, elles, vont multiplier le nombre des lecteurs potentiels.

La fin du XIX° et la première moitié du XX° siècles sont "l'âge d'or" de la presse écrite (avant la TSF et la télévision ; née en 1950, j'ai connu ces "révolutions"!

 

Pour les cartes postales, bon nombre sont encore imprimées à Toulouse surtout chez Labouche qui a diffusé pas moins de 400 cartes postales....

 

L'éditeur qui apparaît le plus souvent, en Ariège, est Fauré puis Fauré et fils (et même Vve Fauré), installés à Saint-Giron au début du XX° siècle il n'est donc pas cité dans l'opuscule de Laffont de Sentenac publié en 1899. Le fondateur était peintre-photographe et devint le plus grand éditeur ariégeois de cartes postales.

Il faut avoir de bons yeux pour repérer l'éditeur  :

 

aguardente.PNG

 

 éditeur.PNG



08/12/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 176 autres membres