aujols-Laffont

La lutte contre la mendicité

En Juillet 1808, le Premier Empire crée les « dépôts de mendicité » destinés à l'enfermement des mendiants et vagabonds, chaque département doit ouvrir un établissement de ce type et « la mendicité sera défendue dans tout le territoire de l'Empire » (article 1 du Décret du 5 Juillet 1808). En Ariège, c'est l'ancien Palais épiscopal de Saint-Lizier qui fut choisi en 1811. Après le Concordat de 1801 qui avait supprimé l'évêché du Couserans, le Palais qui fut successivement Mairie puis tribunal civil et prison, "abritera" ou renfermera la population sans travail et indigente du département.

Mais dès 1812, les délibérations du Conseil de Surveillance mentionnent que « parmi les reclus, il en est plusieurs qui sont dans un état de folie et de démence, et qui compromettent à tout instant la sûreté et la tranquillité du dépôt... » (in Un asile d'aliénés, Saint Lizier 1811-1969/ André Ortet p 18)   cf  la folie

  

Le Second Empire a essayé de lutter, lui aussi, contre la mendicité parce que ces « inactifs » et vagueux sont potentiellement dangereux, ils peuvent facilement dériver vers la délinquance ou véhiculer des idées subversives. Une solution : les confiner dans des dépôts de mendicité où ils seront nourris (mal), hébergés (pas dans les meilleures conditions non plus), obligés de travailler pour rentabiliser « cette charité » de l'Empire mais surtout contrôlés.

 

Dans ces conditions, avec quel gain revenir dans la vallée? Voilà ce que les autorités n'ont pas compris, les mendiants ne tendent pas la main seulement pour manger, ils espèrent un bénéfice au terme de leur errance hivernale, or, ils n'auront rien en sortant des dépôts de mendicité ! "Mendiant" est une "profession" inscrite dans les registres de l'Ariège ! 

 

mendiant comme profession.png

" Acte de décès de Lafont François décédé à Ardiège le 17° jour du mois et an sus dits dans la maison de Da ??? Jacques à Argiège à 6h du soir ,profession de mendiant , âgé de 42 ans, né au Port , département de l'Ariège demeurant à Ardiège, marié avec Sutra Marie , ménagère, fils de Lafont Jean et de mère nom inconnu..."   cf Les Laffont d'Ardiège 

 

Le 28 Août 1863, le Conseil Général de l'Ariège décide de prendre des mesures « en vue de l'extinction de la mendicité dans le département » et prévoit d'établir un dépôt de mendicité à Foix « dans le bâtiment départemental devenu libre par la construction des nouvelles prisons de Foix » à partir du 15 Juin 1864, les locaux seront donc ceux de l'ancienne prison : joyeux et confortable séjour ! Mais au lieu de 6 jours de prison, les mendiants risqueront une peine bien plus lourde :

 

article 1.PNG

(L 'Ariégeois du 4 Juin 1864)

 

Ce dépôt est créé en application du décret datant de 1808, d'un autre Napoléon, Empereur à l'époque ! C'est un obsession dans la famille d'enfermer les mendiants !

 

article 2.PNG

 

Mesure ultime pour dissuader les contrevenants qui ne savent pas lire, une initiative d'une efficacité redoutable !

 

article3.PNG

 

Ces dépôts ne résoudront pas le problème de la mendicité : les valides s'échapperont et reprendront leur « métier saisonnier ». Ils n'abriteront (et si mal) que les vieillards indigents, sans famille ou « perdus de mémoire » que l'on aura placé là avant l'apparition des maisons de retraite.

 

A Foix, encore actuellement, il y a une forte population de SDF mendiants, mais la population est assez fraternelle, donne quelques pièces, parle avec eux, amène des restes pour leur(s) chien(s) ; la supérette proche leur donne ses invendus (parfois de gros sacs). Bref, ils ne sont pas des "invisibles" mais bien des personnes avec qui on parle, des êtres humains et c'est aussi ce que j'apprécie aussi dans la ville de Foix et la mentalité ariégeoise : le mendiant fait partie de la société et n'a jamais été stigmatisé malgré les lois de Paris !

 

J'ai, dans ma branche paternelle, retrouvé mon trisaïeul : Charles Toussaint Hocry, décédé à Montreuil sous Laon (Aisne) dans un dépôt de mendicité le 10 Août 1884 ; la famille était plutôt aisée mais il était veuf et avait perdu son fils unique, mort à 31 ans ; fut-il placé là par sa belle-fille ? Etait-il atteint de gâtisme, ancien nom d'Alzaheimer? Le choc de cette découverte a failli me faire abandonner mes recherches généalogiques !!!



08/08/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres