aujols-Laffont

Médecine des pauvres

A l'heure où l'Etat réexamine l'accès aux soins des plus pauvres d'entre nous ( fusion SMU et ? Pardon, je retiens mal les sigles) dans un autre régime, voyons comment nos ancêtres répondaient à ce problème

Au Moyen-Âge, il y avait des organismes charitables patronnés et gérés par des moines qui se consacraient aux soins des malades et indigents, cette organisation perdura pendant des siècles. Les remèdes étaient principalement à base de « simples » avec parfois des ajouts singuliers (vipère, crapaud ou escargot  (voir  les malades de Saint Lizier) et surtout des prières.

Au milieu du XIX° siècle, on s'est préoccupé de ces « pauvres » malades en essayant d'instituer « une médecine des pauvres » ou « médecine gratuite »

Quelles étaient ces nouvelles dispositions ?

 

doc1.PNG

 

 doc 2.PNG

 

doc 3.PNG

« L'Ariégeois du 19 Septembre 1855 »

 

doc4.PNG

« L'Ariégeois du 15 Avril 1855"

Ce style "lèche bottes" , nous le retrouvons dans tous les journaux su Second Empire... les autres ont été interdits ! Mais c'est parfois insupportable, une telle adulation, d'autant qu'on perçoit aisément  à quel point elle sonne faux !

 

Nous sommes en 1855 et l'Ariège avait plébiscité « le Prince Président » à une énorme majorité avoisinant les 90%, bref un délire bonapartiste voir Le second Empire un mort

C'est l'euphorie totale que la presse, bien muselée, entretient avec des articles dithyrambiques sur les décisions de l'Empereur, ici en faveur des travailleurs ruraux pauvres.

Peut-on être plus proche, plus à l'écoute de son peuple que de le faire soigner gratuitement !!! A lire les articles de L'Ariégeois, on pense à demander la canonisation de Napoléon (le petit, selon Victor Hugo qui le détestait ce qui lui valut un exil dans les îles anglo-normandes) mais censure stricte de la presse oblige, il faut encenser pour continuer à paraître …

 

En tout cas, l'idée de la médecine gratuite est bonne en soi et novatrice, il est vrai que les mountagnols ont rarement recours à un médecin...Mais c'est un arrêté... transmis aux Préfets...sa mise en application a-t-elle été précisée, définie C'est au Préfet de se « débrouiller » par « arrêté préfectoral ».

Reste tout de même à définir qui paie ! Et en Ariège (en Normandie aussi) et sans doute partout en France, c'est la première question que se pose le Préfet et qu'il renvoie non résolue aux cantons et communes !

 

Nous avons retrouvé la réponse de Massat dans les délibérations du Conseil Municipal du 23 Septembre 1855 :

 

médecine des pauvres à Massat à verifier délib CM 1855.PNG

 

« Monsieur le Président ouvre la séance et donne lecture de la circulaire et de l'arrêté de M le Préfet en date du 16 Août dernier relative à la médecine gratuite en faveur des indigents des communes rurales du département et des mesures à prendre à cet égard et il engage à voter des fonds concurrament avec le bureau de bienfaisance et d'une souscription volontaire afin de créer des ressources pour l'établissement d'un mobilier et des médicaments nécessaires pour secourir les malades indigents de la commune au besoin.

Le Conseil reconnaît bien la nécessité de cette organisation à laquelle le Gouvernement de l'Empereur porte un intérêt tout particulier ainsi que l'autorité de nos ? mais il déclare que les ressources de la commune ne lui permettent pas de voter des fonds pour à la généreuse pensée du chef de l'Etat toujours bienveillante à secourir la classe indigente, attendu que le budget de la commune présente un déficit 5 ou 600 francs. Par ces motifs, le Conseil se voit dans la nécessité regrettable de délibérer qu'il n'y a pas lieu de voter des fonds pour cet objet... ont signé... »

 

Ce bel arrêté, dont on ne manque pas de souligner la pertinence qui révèle la grandeur d'âme de l'Empereur...[avez-vous deviné que je ne le supporte pas!!!] est bien parti pour faire un flop. En fait, c'est une belle idée mais rien n'est défini pour sa mise en application dans le détail . Le plus rustre vous le direz : qui paie ? Quel médecin est volontaire ou réquisitionné ? Comment et par qui est-il rémunéré? De même pour les soins, les médicaments fournis par l'apothicaire etc...

 



27/10/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 77 autres membres