aujols-Laffont

On trouve tout sur Internet...

Ben, non pas toujours ! Et c'est la première fois que je ne trouve pas un brimborion, un soupçon de piste : rien, nada !

Je vous explique, je prépare des billets à venir sur les romanciers Ariégeois et leurs éditeurs Ariégeois (eux aussi), aux XIX° et début du XX° siècles ; pour les romanciers, c'est bon, j'ai acheté, lu et annoté leurs romans ou nouvelles ; mais pour certains éditeurs Rien !

 

Et pourtant le livre ou les livrets sont là entre mes mains !

 

illustrations blog.PNG

 

Le noyeur d'or.PNG

 

Ces trois nouvelles ne comportent respectivement que 32 pages pour les deux premières et 62 pages pour la dernière. Ce ne sont que de petits fascicules, lointains ancêtres du "livre de poche", de même dimension et donc facilement transportables en voyage.

Mais impossible de trouver quoique ce soit sur les « Editions Couserans » ou même sur l'imprimerie Descoins à Saint-Girons. C'est d'autant plus décevant qu'une Descoins Anne, fille de Pierre et de Rouaix Marie a épousé Laurent Loubet de Paule... Il se peut qu'il y ait un lien avec la vallée de Massat (à démontrer !)

 

illustrations blog 2.PNG

 

Pas d'ISBN, bien sûr, ces ouvrages furent publiés avant 1970, date de l'adoption de l' « International Standard Book Number », l'ISSN n'apparut pour les revues qu'en 1975.

 

Il va donc falloir attendre que je sorte de « ma tute » montpelliéraine pour aller aux AD fouiner dans la série T, 2T6 pour Saint Girons, et retrouver les imprimeurs et les éditeurs. Zut, pourquoi n'y ai-je pas pensé avant !

Finalement, vous n'aurez que les auteurs et ils sont tout de même l'essentiel , les éditeurs...suivront !

 



01/03/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres